Astronomie

Radioastronomie amateur : suggestions de plats

Radioastronomie amateur : suggestions de plats


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Avec quel type de radioastronomie amateur un citoyen intéressé peut-il faire :

a) Une antenne parabolique de 2 m. b) Une antenne de 2,5 m. c) Une antenne de 3 m. d) Une antenne de 5 m. e) Une antenne >5 m <10 m (je ne peux probablement pas me permettre celle-ci ou la précédente mais je veux juste savoir… ).

Bien sûr, l'espace est parfois un problème logistique pour les gros trucs, mais je me suis demandé quel genre d'objets ou de sources quelqu'un peut-il faire avec des instruments adaptés et avec une aide suffisante sinon un expert. Des projets et des liens seraient les bienvenus !


La taille de votre plat détermine deux choses :

  1. En plus de la température de vos appareils électroniques, détermine la rapport signal sur bruit de votre télescope.
  2. La taille de votre plat détermine la résolution angulaire vous pouvez vous attendre. Cela a une relation approximative de $$ R = lambda / D$$$R$ est votre résolution angulaire, $lambda$ est votre longueur d'onde de la lumière et $D$ la largeur de votre ouverture (parabole).

Au lieu de parler de la taille du plat, parlons de choses intéressantes à regarder et de voir quelles sont les exigences :

Le soleil

Le soleil est une bonne source d'ondes radio dans la longueur d'onde de 10 cm. Étant donné que le soleil mesure environ un demi-degré, nous aurions besoin d'une parabole d'au moins 11,5 mètres avant de pouvoir s'attendre à voir le soleil comme autre chose qu'une source ponctuelle.

Jupiter

Jupiter a des effets de champ magnétique qui produisent des ondes radio dans la gamme de longueurs d'onde de 10 à 100 cm. Bien sûr, Jupiter mesure 50 secondes d'arc et aurait besoin d'une parabole de 412 mètres de diamètre pour faire n'importe quelle résolution.

Fond de micro-ondes cosmique

Le CMB a été l'une des premières mesures d'ondes radio depuis l'espace. Le pic le plus fort du CMB se situe dans la longueur d'onde de 1 mm. Cependant il est très faible. Les enquêteurs initiaux ont refroidi leur détecteur radio avec de l'hélium liquide, et j'imagine que quelque chose de similaire serait nécessaire.

Sources terrestres et artificielles

Il existe de nombreuses sources radio artificielles. Les aéroports ont un émetteur d'ondes radio de l'ordre de 10 cm pour le radar. Il existe de nombreux satellites géosynchrones le long du plan équatorial qui utilisent la bande X dans la plage ~2-5cm. Ceux-ci, par définition, ont un signal suffisamment fort pour être vu de la Terre avec même une petite parabole.

Résumé

Le pouvoir de résolution est probablement hors de portée d'un radioastronome amateur car les paraboles doivent être soit très grandes, soit vous devez utiliser un appareil beaucoup plus sophistiqué. interférométrie radio méthode pour obtenir n'importe quelle résolution angulaire. Vous pouvez cependant toujours voir les choses comme des sources ponctuelles dans le ciel si vous le souhaitez. Un excellent exemple de ce qui est probablement accompli par la plupart des gens serait ce projet ici.


J'ai une antenne parabolique usagée à mailles C de 2,4 mètres que j'ai récupérée gratuitement et que je vais convertir pour observer la ligne d'hydrogène de 21 cm à 1420 MHz. J'ai eu de la chance avec ce plat car il est à l'état neuf, mais vous devez être conscient de la rouille et des dommages au maillage qui fausseront vos données. Je monte le mien dans mon jardin sur un poteau en acier de 75 mm à 2 mètres au-dessus du sol pointant vers le haut. Il s'agit de faire des balayages de dérive méridienne, vous n'avez donc pas besoin d'avoir une parabole mobile, la rotation de la planète le fait pour vous.

La raie d'hydrogène peut être utilisée pour observer des objets de l'espace lointain qui émettent de forts signaux de raie d'hydrogène. L'observation de ce spectre depuis la Voie lactée en est un exemple, ainsi que, disons, la galaxie Cygnus A et d'autres.

Les vieilles antennes paraboliques de la bande C (2 à 3 mètres environ) autrefois utilisées pour la télévision par satellite, maintenant largement remplacées par des antennes paraboliques de la bande Ku plus petites, peuvent être récupérées pour environ 100 $ AU ou même gratuitement dans les arrière-cours des ménages. Ceux-ci sont utilisés dans un certain nombre de projets de radioastronomie amatuer, en particulier pour la ligne 21 cm.

Une fois que vous avez le plat, vous aurez généralement besoin de :

Remplacement du bloc à faible bruit (LNB). Le LNB est fixé au sommet des supports de parabole. Vous devrez le remplacer par un conçu spécifiquement pour 1420MHz. Vous pouvez créer votre propre LNB avec les détails sur http://www.setileague.org/hardware/feedchok.htm. Sur ce site, il y a une feuille de calcul Excel avec des variables pour ajuster certaines des mesures du LNB.

Le LNB pour la ligne d'hydrogène se compose essentiellement d'un tube en aluminium (guide d'ondes) coiffé à une extrémité. À l'intérieur du tube se trouve la sonde d'antenne, qui n'est qu'une tige en laiton - la longueur et l'emplacement varient en fonction des projets que j'ai vus, mais le guide SETI ci-dessus devrait être OK. La sonde est soudée à la broche centrale du connecteur de câble coaxial monté sur le guide d'ondes. Encore une fois, reportez-vous à la page SETI ci-dessus.

Vous pouvez également en acheter un prêt à l'emploi sur https://www.radioastronomysupplies.com/store/p22/1420_MHz._CYLINDRICAL_FEEDHORN_AND_CHOKE.html

Vous aurez besoin d'un amplificateur à faible bruit (LNA) pour 1420MHz. Le LNA aura besoin d'un gain > 30 dB et d'un facteur de bruit (NF) d'environ 0,3 dB ou moins. Plus le gain (sensibilité) est élevé et plus le NF est bas, mieux c'est, bien qu'évidemment à un prix. Le LNA doit être monté sur le câble coaxial connecté à la sonde d'antenne LNB à l'intérieur du guide d'ondes LNB. Plus c'est proche, mieux c'est. Je n'ai aucun lien avec Radio Astronomy Supplies, mais ils ont aussi ce qui semble être un LNA décent pour la ligne d'hydrogène :

https://www.radioastronomysupplies.com/store/p9/1420_MHz._HIGH_PERFORMANCE_LNA.html

Un autre LNA conçu pour 1420MHz

Un récepteur. Le récepteur vous permet d'interpréter le signal provenant du LNA. J'ai acheté un dongle USB de radio définie par logiciel (SDR) bon marché (30 AU $) pour ma configuration qui servira de récepteur. En particulier un blog RTL-SDR R820T2 RTL2832U 1PPM TCXO SMA Software Defined Radio

Un exemple d'une telle utilisation est à https://www.rtl-sdr.com/hydrogen-line-observation-with-an-rtl-sdr/

Plus de discussion sur SDR pour observer la ligne d'hydrogène est à https://www.rtl-sdr.com/rtl-sdr-for-budget-radio-astronomy/

Le dongle SDR se connecte à la ligne coaxiale du LNA. Vous pouvez ensuite brancher le dongle SDR sur le port USB de votre ordinateur. Méfiez-vous de la longueur de la ligne coaxiale car les lignes plus longues perdront des données. Une alternative est discutée ci-dessous.

Logiciel pour observer les données. Il existe un certain nombre d'applications open source pour la réception SDR. Peut-être le plus populaire pour le SDR - la radioastronomie est le SDR#

Utiliser un Raspberry Pi 3 B+ comme serveur depuis la parabole. L'alternative à l'utilisation d'un câble coaxial du LNA au SDR sur l'ordinateur consiste à faire en sorte qu'un Raspberry Pi 3 B+ (RPi) agisse comme un serveur pour envoyer les données à l'ordinateur via un câble Ethernet, plutôt qu'un câble coaxial. Cela présente un certain nombre d'avantages possibles, notamment une perte de données bien moindre ou nulle en fonction du câble et de sa longueur. J'utiliserai un câble Cat6 jusqu'à environ 20 à 30 mètres. Le câble se branche sur le port Ethernet RPi RJ45. Le dongle SDR se branche sur un port USB RPi. Le LNA se fixe au dongle SDR directement via les connecteurs/adaptateurs coaxiaux.

Cette configuration peut être montée sur le poteau de montage de la parabole contenue dans une boîte étanche et ventilée, quelque chose comme ça. Vous devrez alors penser à alimenter cette configuration.

Actuellement, je regarde Power Over Ethernet (POE) vers le RPi 3 B+, ​​en utilisant éventuellement le RPi POE HAT lors de sa sortie cette année. Ensuite, vous pouvez prendre l'alimentation du RPi et utiliser un convertisseur boost à 9v ou 12v pour alimenter le LNA de votre choix. ainsi que tous les ventilateurs de refroidissement 5V que vous avez dans votre boîte.

Ensuite, lorsque vous vous connectez au RPi depuis votre ordinateur (par exemple en utilisant SSH), vous devez être configuré pour recevoir des données. L'autre avantage de cette configuration est que puisque le RPi agit comme un serveur connecté à Internet, vous pouvez accéder à votre parabole de n'importe où dans le monde avec une connexion Internet. Il y a une discussion à ce sujet ici, ici et ici


Un simple radiotélescope de 11,2 GHz (partie HW)

Abstrait : Dans cet article, nous décrivons la construction d'un petit radiotélescope amateur fonctionnant à la fréquence de 11,2 GHz. La construction du radiotélescope profite du marché de la télévision par satellite qui a permis de trouver facilement et à moindre coût des antennes à réflecteur parabolique avec éclairage relatif (cornet d'alimentation) et bloc LNB (amplificateur-convertisseur de fréquence à faible bruit). Les performances d'un instrument similaire sont naturellement assez limitées, mais elles permettent tout de même de faire des observations intéressantes sur certaines des sources radio les plus intenses.

Introduction

La radioastronomie est une science difficile et fascinante. Il nécessite l'utilisation d'antennes encombrantes et coûteuses, utilise des technologies radio-électroniques sophistiquées et des algorithmes sophistiqués pour le traitement du signal. À première vue, cela semblerait complètement hors de portée d'un “amateur”. En réalité, il est possible de faire des observations radioastronomiques intéressantes même à un niveau amateur.
Sur notre site nous avons déjà décrit quelques projets de radioastronomie pour des applications spécifiques :

Maintenant, nous voulons essayer de faire un radiotélescope “amateur” basé sur le principe de la radiomètre. Ce n'est certainement pas le lieu de donner des informations détaillées sur la radioastronomie et les radiotélescopes (il y a beaucoup d'informations sur le net et des textes spécifiques), nous nous limitons donc à donner quelques indices sur les principaux points qui nous ont guidés dans la construction de le radiotélescope.

La radioastronomie étudie les corps célestes en analysant les ondes radio émises par les objets dans le ciel : tout objet émet des ondes électromagnétiques par divers processus physiques (thermiques et non thermiques), ces ondes sont captées par l'antenne et analysées avec des instruments appropriés : en général les caractéristiques du signal capté ne sont pas différentes de celles qui caractérisent un bruit électrique à large spectre. Le but du radiotélescope est de capter ce rayonnement et de mesurer la force du signal, un tel instrument s'appelle un radiomètre. Pour être précis, on parle de puissance par unité de surface et par unité de bande passante et s'exprime en Jansky : 1Jy = 10 -26 W/m 2 Hz.

La gamme de fréquences radio utiles pour les observations de radioastronomie se situe entre 20 MHz Et à propos 20 GHz: en dessous de 20 MHz il y a absorption par l'ionosphère, au dessus de 20 GHz il y a absorption par des gaz présents dans l'atmosphère.

Pour choisir la bande de fréquence la plus adaptée pour un radiotélescope amateur, il faut faire un compromis entre les possibilités d'observation et les contraintes de coût et de faisabilité. Le spectre de fréquences des émissions radio-sources dépend du processus physique sous-jacent : pour les émissions « thermiques » telles que le soleil ou la lune, l'intensité suit la loi du corps noir avec des maximums aux hautes fréquences (selon l'approximation de Rayleigh-Jeans Je 1/λ 4 ), tandis que pour les émissions non thermiques (par exemple l'émission synchrotron) les maximums sont à des fréquences plus basses, comme on peut le voir dans le graphique ci-dessous qui montre l'intensité de certaines sources radio en fonction de la fréquence.

Comme on sait que les dimensions de l'antenne sont liées à la longueur d'onde du rayonnement à recevoir, de plus notre antenne doit être suffisamment directive, sinon elle serait pratiquement inutile : cela signifie que pour recevoir des fréquences inférieures à 1 GHz les dimensions de l'antenne doivent être nettement supérieure à 1 m : les grandes antennes sont chères et difficiles à déplacer.
Un autre aspect à considérer est l'interférence radio externe. L'éther, notamment en ville, est désormais saturé de transmissions et de signaux RF d'origine la plus hétérogène : diffusion radio et TV, réseaux cellulaires, réseaux WiFi, perturbations des lignes électriques, etc. N'ayant pas la possibilité d'installer le radiotélescope dans des endroits "calmes" il faut choisir une bande de fréquence qui ne soit pas trop perturbée.

Pour les raisons décrites ci-dessus, le choix est presque obligatoire : le Bande de fréquence 10-12 GHz est celui qui semble le plus adapté à un projet amateur comme le nôtre. A ces fréquences, les antennes à réflecteur parabolique et les dispositifs conçus pour la télévision par satellite peuvent être réutilisés. Les coûts de l'équipement sont abordables, la résolution spatiale de l'antenne est assez bonne et les interférences sont faibles (essentiellement des satellites de diffusion) et facilement évitables.
Travailler à des fréquences plus basses permettrait de recevoir facilement plus de sources radio mais avec une augmentation considérable en termes de coûts, sans parler du problème des interférences.

Antenne parabolique

L'antenne que nous avons trouvée sur le marché de l'occasion est une plat principal d'un diamètre de 120 cm. Pour les applications de radioastronomie, il est préférable que la parabole soit du type foyer principal : dans ces antennes, le cornet d'alimentation est placé au foyer de la parabole. Dans les paraboles de type offset, la corne d'alimentation n'est pas placée au centre mais sur le côté, ce type a des avantages constructifs mais est plus difficile à viser vers la source que le foyer principal.

Pour cette antenne on peut calculer le gain et la directivité prévus en demi-largeur de bande de puissance HPBW (half power band width) :

G = *(π*D/λ) = 40 dB

HPBW = 65*λ/D = 1,45°


: efficacité = 0.5
D : diamètre = 120 cm
: longueur d'onde = 2,68 cm (correspond à 11,2 GHz)

Les images ci-dessous montrent l'antenne et la structure métallique utilisée pour le mouvement manuel.

Le premier composant du système est le bloc convertisseur-amplificateur, appelé LNB. C'est le composant le plus important car les performances du système en dépendent largement. Notre système reçoit dans la bande 10-12 GHz, à ces fréquences l'utilisation de câbles est problématique, pour cette raison le bloc LNB prévoit une conversion de fréquence dans une bande inférieure afin que des câbles coaxiaux normaux puissent être utilisés.
L'image suivante montre le schéma de base du bloc LNB : il y a un premier étage d'amplification RF, suivi du mélangeur qui multiplie le signal RF avec le signal généré par un oscillateur local (LO). Le signal résultant contient les fréquences somme et différence, le filtre suivant élimine les composantes somme haute fréquence pour ne laisser passer que les fréquences dans la bande d'intérêt, appelée fréquences intermédiaires (FI), qui sont encore amplifiés par un autre étage amplificateur. En pratique, il s'agit d'un schéma hétérodyne, dans lequel la fréquence de l'oscillateur local est fixe.

Le bloc LNB que nous utilisons est Invacom’s SNF-031 modèle qui a faible bruit et bonne stabilité des paramètres de gain vis-à-vis des variations de température de fonctionnement. L'antenne proprement dite est située à l'intérieur du guide d'ondes qui présente à l'extérieur une bride C120 à laquelle est fixé le cornet d'alimentation, qui a pour tâche de collecter les ondes réfléchies par la parabole et de les acheminer vers l'intérieur du guide d'ondes.

  • Bande de fréquence de fonctionnement : 10,7 – 12,75 GHz
  • Fréquences intermédiaires (FI) : 950 – 2150 MHz, LO = 9,75 GHz
  • Facteur de bruit NF = 0,3 dB
  • Gain G = 50 – 60 dB

Les images suivantes montrent le bloc LNB avec sa corne d'alimentation fixée au foyer de la parabole.

Le récepteur

Le récepteur se compose des quelques composants, représentés sur l'image suivante : il y a un bias-T pour alimenter le bloc LNB, un filtre passe-bande centré à 1420 MHZ, un amplificateur large bande et le Récepteur Airspy R2 SDR. La partie “hardware” a pour fonction de limiter la bande de réception et de donner au signal une seconde amplification après l'étage LNB. Le signal est ensuite acquis par Airspy et ensuite traité pour la détermination de la puissance totale en utilisant GNURadio Logiciel. le radiomètre la fonction est pratiquement réalisée par le biais d'un logiciel.

Caractéristiques de notre récepteur :
Bande de fréquence = 80 MHz
gLNB = 55 dB NFLNB = 0,3 dB
gFiltre = 3,5 dB (perte d'insertion)
gAmpli = 15 dB NFAmpli = 0,75 dB
Gain : GLNB –GFiltre + GAmpli = 55 -3,5 +15 = 66,5 dB
Facteur de bruit : F = FLNB + (FAmpli – 1)/GLNB = 0,3 dB
Te = (F – 1) * T0 = 20,3 °K (température équivalente du récepteur)

Biais-T

Le Bias-T a pour fonction d'injecter la tension d'alimentation au bloc LNB le long du câble coaxial. En pratique, il s'agit d'un circuit simple avec un condensateur de couplage pour filtrer la composante continue vers le côté RF et une inductance à l'entrée DC. Obtenu sur eBay, il peut être facilement auto-construit mais il faut faire attention à la qualité “RF” des composants et du blindage.

Filtre passe-bande 1420 MHz

Ce filtre est dédié aux radioastronomes amateurs intéressés par les observations de la raie de l'hydrogène. Il utilise le composant TA2494A SAW et ne mesure que 50 x 10 mm. Il comporte des coussinets de bord pour une soudure facile d'un blindage RF. La perte d'insertion est généralement inférieure à 3,5 dB et la bande passante à 80 MHz.

données techniques :
Fréquence centrale 1420MHz
Passe-bande utilisable 1380-1460MHz
Perte d'insertion, 1380 à 1460 MHz 3.5dB
Ondulation d'amplitude, 1380 à 1460 MHz 1,0 dBpp
ROS, 1380 à 1420 MHz 1.9:1
Rejet référencé à 0dB :
CC à 1300 MHz 28dB
1550 à 3000 MHz 30dB
Impédance 50Ω
Niveau de puissance d'entrée maximal 10 dBm

Dans les images ci-dessous, nous montrons l'unité et sa réponse en fréquence. Nous avons soudé deux fils entre les connecteurs femelles SMA et nous avons enveloppé le filtre avec du ruban en aluminium afin de protéger le filtre.

Fréquence (MHz) Gain (dB)
1300 -50
1420 -3.5
1500 -50

Amplificateur large bande

Cet appareil HAB-FLTNOSAW construit par UPUTRONICS est un préampli conçu pour aller entre un récepteur radio défini par logiciel et une antenne. Le LNA utilisé à l'intérieur est un MiniCircuits PSA4-5043. Ce modèle particulier a le filtre SAW retiré pour couvrir les 0,1 MHz à 4 GHz. Il y a 2 options pour alimenter l'unité : soit par l'embase USB, soit via le bias-tee. Des appareils tels que l'Airspy peuvent activer le té de polarisation et alimenter l'appareil. Alternativement, n'importe quel câble mini USB peut être utilisé pour alimenter l'appareil. Nous avons choisi d'alimenter l'unité via une ligne USB.

données techniques :
Gain 24db @ 100MHz -> 15,2db @ 1415MHz
NF 0,75dB
Tension d'alimentation USB ou té de polarisation 5V

Dans les images ci-dessous, nous montrons l'unité et sa réponse en fréquence.

Fréquence (MHz) Gain (dB)
1300 16
1420 15
1500 14

Récepteur Airspy R2 SDR

Du site du fabricant : L'Airspy R2 établit un nouveau niveau de performance dans la réception des bandes VHF et UHF grâce à son architecture low-IF basée sur le Puce Rafael Micro R820T2 et un CAN suréchantillonnage 12 bits de haute qualité et DSP de pointe. En mode suréchantillonnage, l'Airspy R2 applique des filtres RF et FI analogiques au chemin du signal et augmente le résolution jusqu'à 16 bits en utilisant la décimation logicielle. La couverture peut être étendue aux bandes HF via le convertisseur ascendant SpyVerter (non utilisé par nous). Airspy R2 est 100% compatible avec tous les logiciels existants, y compris la norme de scan SDR #, mais aussi avec un certain nombre d'applications radio définies par logiciel populaires telles que SDR-Radio, HDSDR, GQRX et Radio GNU. La stabilité et la précision de l'horloge de l'oscillateur local, donnée à 0,5 ppm, sont également importantes pour notre application.

Principales caractéristiques du récepteur AirSpy SDR :
● Continu 24 – 1700 MHz plage RX native, jusqu'à DC avec l'option SpyVerter (non utilisée)
● 3,5 dB NF entre 42 et 1002 MHz
● Entrée RF maximale de +10 dBm
● Suivi des filtres RF
● Front-end RF 35dBm IIP3
CAN 12 bits @ 20 MSPS (10.4 ENOB, 70dB SNR, 95dB SFDR)
● Sortie IQ 10 MSPS
0,5 ppm haute précision, horloge à faible bruit de phase
● Vue panoramique du spectre 10 MHz avec jusqu'à 9 MHz sans alias/image
Pas de déséquilibre du QI, DC offset ou 1/F bruit au centre du spectre1 x entrée RF
● Bias-Tee à commutation logicielle 4,5 v pour alimenter les LNA et les convertisseurs up/down (non utilisé)
● Température de fonctionnement : -10°C à 40°C

Dans la configuration de l'appareil (faite via le osmocom chauffeur dans radio GNU) le gain RF est réglé sur 0 (réglage par défaut), tandis que les gains FI et BB sont chacun réglés sur 10 dB. Ces valeurs de gain très faibles montrent l'efficacité des composants placés en amont du récepteur : de l'antenne aux amplificateurs LNA et Wideband. L'option bias-T est également désactivée.

Les références

Conclusion

Nous avons décrit la construction d'un petit radiotélescope à micro-ondes peu coûteux. Nous avons profité de la grande disponibilité des composants radio pour la télévision par satellite. La fonction radiomètre, c'est-à-dire la mesure réelle de la force du signal, sera implémentée via un logiciel utilisant le framework GNURadio : ce sera l'objet du prochain billet.

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager sur le “social” Facebook, Twitter ou alors LinkedIn avec les boutons ci-dessous. De cette façon, vous pouvez nous aider! Merci !

Don

Si vous aimez ce site et si vous souhaitez contribuer au développement des activités vous pouvez faire un don, Merci !


Y a-t-il une limite à la taille d'un tableau Argus ?

Par exemple, sol accidenté, temps de propagation de la communication, courbure du sol, etc. ?

En supposant que les coûts de l'immobilier ne posent aucun problème, quels seraient les avantages d'un très grand réseau (des dizaines, des centaines de kilomètres) ?

Ceci et SKA était ma première pensée aussi. C'est déjà fait et cela couvre d'énormes distances à travers plusieurs pays.

Très intéressant. Il m'est venu à l'esprit que mettre une chose comme ça sur la face cachée de la lune pourrait obtenir des résultats intéressants. En plus d'être à l'abri de tout Interférence terrestre, et n'ayant pas d'ionosphère embêtante, elle serait même protégée du soleil pendant environ 10 jours par mois. Je pense qu'il serait également beaucoup plus facile à déployer que la proposition de la NASA d'ériger une énorme parabole à l'intérieur d'un cratère à l'aide de robots.

En effet, LOFAR permet déjà des doubles pointages pour les observations (donc un faisceau sur la source cible, un faisceau sur le calibrateur). C'est bien parce que nous pouvons utiliser le faisceau du calibrateur pour déterminer le calibrage (et surtout les décalages d'horloge) et cela nous rend la vie tellement plus facile pour le calibrage sur la cible.

De plus, LOFAR peut être mis à niveau pour avoir plus de faisceaux simultanés à l'avenir, et des plans sont déjà en cours


Antennes de radioastronomie

Pour la réception HF des orages Jupiter Noise, le choix bien documenté et populaire est le double dipôle phasé. Pour ceux d'entre nous qui ont un peu moins d'espace pour jouer, un seul dipôle avec un amplificateur à faible bruit (LNA) avant le récepteur doit suffire. En plus des dessins de Radio Jove dans le livre "Listening to Jupiter 2nd Edition", il existe de nombreux dessins pour Yagi-Uda dans cette longueur d'onde qui sont disponibles gratuitement sur le net mais ils sont assez grands. Les systèmes de surveillance de l'hydrogène et d'autres raies spectrales reposent généralement sur des collecteurs paraboliques pour le gain élevé requis. Le signal est réfléchi et focalisé sur un cornet d'alimentation ou une hélice pour coupler les signaux à un ou plusieurs LNA et à un ou plusieurs récepteurs. Une parabole de 3,0 m de diamètre peut fournir environ 30 dB de gain à 1420 MHz avec une largeur de faisceau (résolution) d'environ 4° du ciel. La parabole de même taille augmentera en gain et sa largeur de faisceau diminuera (résolution plus élevée) à des fréquences plus élevées, en supposant que la précision de la surface est adéquate.

Ouverture d'antenne

Une ouverture d'antenne de réception ou une surface efficace est mesurée comme la surface d'un cercle par rapport au signal entrant en tant que densité de puissance (watts par mètre carré) x ouverture (mètres carrés) = puissance disponible de l'antenne (watts).

Le gain d'antenne est directement proportionnel à l'ouverture et généralement le gain d'antenne est augmenté en focalisant le rayonnement dans une seule direction, tout en réduisant toutes les autres directions. Étant donné que la puissance ne peut pas être créée par l'antenne, plus l'ouverture est grande, plus le gain est élevé et plus la largeur du faisceau est étroite.

La relation entre le gain et la surface effective est

G = 4 * PI * A / L2 ou A = G * L2 / 4 / PI

Où G est le gain (linéaire, pas dB), A est la zone effective, PI est 3,14. et L2 est la longueur d'onde au carré. Les unités pour A et L2 ne sont pas importantes, mais les deux doivent être données dans les mêmes unités. La même zone signifie plus de gain à une fréquence plus élevée, et le même gain signifie moins de zone à une fréquence plus élevée.

Le simple fait d'augmenter la taille de l'antenne ne garantit pas une augmentation de la surface efficace. Cependant, à facteurs égaux, les antennes avec une surface efficace maximale plus élevée sont généralement plus grandes.

Il semble évident pour les astronomes optiques qu'une antenne parabolique de plusieurs longueurs d'onde aura une ouverture presque égale à leur surface physique. Cependant, d'autres antennes telles que les réseaux Yagi et Col-linear peuvent ne pas sembler identiques à première vue, mais elles obtiennent le même résultat en utilisant d'autres moyens aux fréquences radio.

Polarisation de l'antenne

La plupart des signaux naturels (c'est-à-dire les sources cosmiques) sont presque toujours non polarisés (ce qui est le même que " polarisé aléatoirement "), donc l'utilisation de n'importe quelle méthode de polarisation linéaire ou circulaire permettra d'obtenir le même résultat. La légère polarisation présente dans de tels signaux n'apporte aucun "avantage de puissance" significatif, donc en pratique, les antennes à polarisation linéaire sont davantage préférées en radioastronomie car elles sont plus pratiques à construire pour un gain spécifique par rapport à une antenne à polarisation circulaire.

La polarisation peut cependant porter des informations intéressantes sur la source, aussi les radioastronomes veulent parfois la mesurer. Cependant, c'est assez difficile à faire, car les caractéristiques du signal sont si faibles, et en dessous de quelques 100 MHz, les informations de polarisation sont généralement trop mélangées par l'ionosphère pour être d'une quelconque utilité pratique.

Log périodique Antennes

Les antennes à large bande 'Yagi' sont parfois utilisées s'il est nécessaire de recevoir une large gamme de fréquences avec la même antenne, comme dans le spectromètre radio solaire e-Callisto 45-870 MHz.

Peter a écrit ici sur la construction d'une antenne périodique de 5 mètres de long pour ce récepteur.

Radiotélescopes

Il y a tellement d'écrits sur les radiotélescopes par les professionnels qu'il semble idiot d'essayer d'en écrire un autre.

Le lien Radiotélescopes vous emmène à une série de conférences et de cours sur la radioastronomie par l'Observatoire national de radioastronomie (NRAO)

Ordinateurs et logiciels Vous n'en avez pas besoin à moins que vous n'utilisiez l'option Software Defined Radio (SDR), mais ils sont utiles pour à peu près tout ce que vous voudrez faire. La principale chose à retenir est que quelle que soit la plate-forme matérielle que vous choisissez, si vous envisagez de faire du traitement numérique du signal (DSP), vous aurez besoin d'un processeur rapide car beaucoup de DSP sont assez lourds pour l'ordinateur. Les logiciels sont disponibles à partir de nombreuses sources et vous devrez peut-être même en acheter, Dieu nous en préserve. Cependant, le logiciel le plus populaire est le logiciel gratuit SDR# et c'est gratuit ! Il « parle » à presque tout et vous pouvez acheter un « dongle » DVT pour moins de 20 $, ce qui vous permettra d’accéder bel et bien au SDR. La plupart des logiciels DSP contiennent un analyseur de spectre à transformée de Fourier rapide (FFT), un spectrographe à affichage en cascade (fréquence et amplitude/temps) et une fonction d'enregistrement/lecture audio à partir de votre radio via la carte son de l'ordinateur ou à partir de fichiers sur votre disque de stockage sélectionné. Les packages les plus exotiques offrent des fonctionnalités supplémentaires telles que la corrélation automatique et d'autres techniques avancées de réduction du bruit. Si vous envisagez de prendre l'option SDR, vous obtiendrez probablement un package DSP avec le récepteur, mais encore une fois, peut-être pas. L'USRP est conçu pour fonctionner avec la suite GNU Radio sur un système d'exploitation (OS) Debian Linux. Les récepteurs WinRadio G3xx sont principalement conçus pour les différents systèmes d'exploitation Windows de Micro$oft et sont livrés avec des packages DSP standard ou en option, avec des ressources et une prise en charge limitées pour un fonctionnement sous Linux. Pour les autres modèles SDR, consultez les informations commerciales du fabricant concernant les exigences matérielles/OS/logicielles. Voici quelques liens qui pourraient vous être utiles :

Linux

Mac OS X

Récepteurs

Beaucoup de choix ici, mais ils appartiennent généralement aux deux catégories de récepteurs / scanners de communication et de radio définie par logiciel (SDR). Dans la première catégorie, ces récepteurs ont tendance à fonctionner jusqu'à plusieurs centaines de mégahertz et sont généralement raisonnablement sensibles. Si vous avez un vieux récepteur à ondes courtes, commencez par dépoussiérer les araignées, connectez-le à votre nouveau réseau de dipôles à bande de 15 mètres et vous devriez recevoir le Soleil ou même Jupiter si vous avez de la chance. Les récepteurs de communication HF de qualité utilisés par les passionnés de radio amateur sont une bonne option, il existe de nombreux logiciels de support pour la série Icom IC-7000 et si vous regardez assez attentivement, quelques autres également. Il existe également de nombreux membres et passionnés de l'ARRL qui développent leur propre matériel radio, qui est souvent meilleur que de nombreux modèles commerciaux.

Voici quelques liens qui pourraient vous être utiles : Rick Campbel KK7B & Bill Kelsey N8ET R1/R2 & Mini R2 Pro Direct Conversion Receiver QPL2000 Project

La radio définie par logiciel (SDR) est le nouveau jouet de choix dans le monde de la radio. Il existe de nombreux modèles apparaissant non seulement dans les bandes HF et radio amateur, mais aussi dans les modèles à large bande et fonctionnant bien dans les gammes gigahertz.

Il existe également de nombreux membres et passionnés de l'ARRL qui développent leur propre matériel SDR.

Certains des modèles les plus populaires sont répertoriés ci-dessous, ainsi que des liens vers leurs sites Web respectifs :

Pour un logiciel de contrôle approprié pour le logiciel, définissez des radios de diverses descriptions, voir le logiciel gratuit SDR#


Radioastronomie amateur : suggestions de plats - Astronomie

  • Récepteur SDR NooElecDVB-T+DAB+FM (R820T) avec SDR# V1.0.0.500 montrant l'émission radio solaire.
  • Le SDR est à une fréquence centrale de 1,2 GHz et une bande passante de capture de 2 MHz.
  • La bande jaune dans la fenêtre bleue inférieure du spectrogramme représente l'augmentation de 6 dB de la force du signal lorsque l'antenne parabolique se déplace à travers le Soleil.
  • L'axe vertical de la fenêtre du spectrogramme en bas bleu est le temps et l'axe horizontal est la fréquence.
  • Le Satellite Finder et l'alimentation sont connectés à la première sortie LNB.
  • Le récepteur SDR NooElecDVB-T+DAB+FM (R820T) est connecté à la deuxième sortie LNB
  • Cliquez sur l'écran ci-dessus pour une capture d'écran en pleine résolution.
  • La capture d'écran ci-dessus était le premier test du radiotélescope Itty Bitty avec le SDR.

Pièces du radiotélescope Itty Bitty

  • Antenne parabolique Amazon DirecTv 18 pouces LNB 18
    • LNB a besoin d'être alimenté par le récepteur pour fonctionner
    • Double sortie pour deux récepteurs
      • Sortie LNB 1 vers le compteur Satellite Finder pour Directv
      • L'alimentation CC est fournie à la sortie LNB 1.
      • Sortie LNB 2 vers le récepteur SDR DVB-T+DAB+FM (R820T)
        • Plage de réglage 950 MHz à 1,45 GHz
        • Bande passante de capture 2+ MHz
        • Fréquence centrale réglée sur 1,2 GHz

        • Le viseur est réglé sur 1 pour le ciel au-dessus
        • Le trouveur lit


        Radioastronomie amateur : suggestions de plats - Astronomie

        Vous trouverez ci-dessous des exemples de SDR et de récepteurs radio traditionnels utilisés pour la radioastronomie et l'observation par satellite.

        • SDR basés sur les récepteurs terrestres de diffusion vidéo numérique Realtek RTL2832U et Raphael Micro R820T (DVB-T) utilisant l'USB
          • Caractéristiques
            • Bande passante de capture 2+ MHz
            • Le RTL2832U diffuse des données I+Q 8 bits dans le PC via USB.
            • Gamme de fréquences (approximative) 25MHz - 1750MHz
            • Connecteur d'antenne MCX femelle
            • Coût très bas

            • NooElec NESDR Mini clé USB SDR & DVB-T (R820T) avec antenne et télécommande
              • Ham It Up v1.2 - Convertisseur élévateur RF pour radio définie par logiciel
                • Câble NooElec entre le et le convertisseur ascendant Câble en queue de cochon MCX mâle vers SMA mâle, RG174, longueur 0,5 '
                • Câble MCX mâle à F femelle Ensemble de câble coaxial coaxial RF MCX mâle à F femelle 6 "
                • Piège FM Radio Shack, Voir la réponse en fréquence dans les critiques.
                • Piège FM de MCM Electronics

                DVB-T (R820T) avec SDR# V1.0.0.1193 à 28 MHz montrant les bandes CB et Ham de 10 mètres en utilisant le Scanner Ant-Base 30-1300 Mhz par Antennacraft et le piège FM Radio Shack. Remarquez les transmissions CW au centre à droite de la fenêtre bleue du spectrogramme en bas. Cliquez sur l'écran ci-dessus pour une capture d'écran en pleine résolution.

                • Un bon aperçu du processus d'installation de SDR# avec RTLSDR
                • Utilisez d'abord le script d'installation rapide (fichier bat PC sdr-install.zip) sur les téléchargements SDR# pour télécharger les fichiers sur votre PC.
                • Utilisez ensuite Zadig pour configurer le pilote USB du PC.
                  • Installation du pilote SDR du dongle RTL à l'aide de Zadig de M3GHE
                    • L'identifiant USB est nécessaire dans Zadig pour sélectionner le bon périphérique USB.

                    DVB-T (R820T) avec SDR# V1.0.0.500 à 1 200 MHz montrant l'émission radio solaire de la sortie LNB du radiotélescope Itty Bitty. Notice the 6 dB rise in signal strength (yellow band in the bottom blue spectrogram widow) as the radio dish is positioned across the Sun. The spectrogram window vertical axis is time and the horizontal axis is frequency. Click on the above screen for full resolution screen capture.


                    Is it possible to build a DIY radio telescope?

                    Yes it sure is, only thing though it your only gonna get the sun. Here is a link to it. It is real easy and cheep.

                    The first link will take you to the itty bitty dish a simply diy project. The second link is the society of amateur radio astronomers, under the projects tab on the top you'll see a few more sophisticated projects.

                    As far as a used dish goes your limited to what you can do on the cheep without spending a lot more money. At that point you can kit the jove radio project kit or similar.

                    Edited by Allanbarth1, 19 May 2017 - 11:07 AM.

                    #4 starcanoe

                    Way back in the day I got the impression that the equipment to detect Jupiter was not particularly expensive or sophisticated/complicated.

                    #5 Jeff B1

                    Very interesting article, thanks.

                    #6 Allanbarth1

                    You can build a respectively inexpensive antenna for detecting solar storms and storms from Jupiter. The receiver and amplifier can also be done on the cheep, but both require a small bit of electronics understanding. There are lots of different designs for Jove projects that can be easily made in the 20.1 MHz, 15 meter wavelength. A antenna about half that can receive a lot more of the signals from Jove. Even , including detecting occultation's of the moons of Jove because of the Doppler Effect. It's the equipment on the other side of the antenna that gets expensive and complicated. The more that you want to detect and listen to, the more money, time, skill. etc.

                    In all fairness the original posters question was about using a old unused T.V. satellite dish for radio astronomy. For a very little amount of cash out of pocket yes, you can but all that your going to be able to receive is going to be the sun, people who walk close by the dish and trees, yes trees do emit a receivable signals.

                    The MIT link has a few different programs to use depending on your interests.

                    This is the easiest DIY dish conversion and will get your feet wet. It can also be added on to, 2nd dish and even a 3rd dish. You can also use software developed by MIT for just this application and is my favorite be far as far as DIY satellite dish projects go.

                    Edited by Allanbarth1, 19 May 2017 - 09:28 AM.

                    #7 bvillebob

                    The OP mentioned a MINI dish, one of the 30"'ers.

                    The issue you have is that those dishes are designed for receiving strong signals broadcast from nearby (22,400 mile) objects, so they're small and relatively low gain. I saw an astronomer comment the other day that if you were trying to detect a cell phone on the surface of Mars it would be one million times more powerful than the typical source they observe. Astronomical radio sources are weak, very very weak, other than the sun and the reflected sun noise off the moon.

                    Realistically 10' or so is probably about the minimum size I'd fool with. With modern low noise transistors and MMICs, combined with SDR and long integration times, you can detect quite a bit with something that size. I used to have a 24' dish many years ago, and can still remember the thrill of turning it to Saggitarius A* and hearing the noise level come up by 6dB or so.

                    Also, realize that a radio telescope is in effect a one pixel camera. You don't get images, you get data and it's a very different experience.

                    Finally, Jupiter's emissions peak in the upper HF range, 20 MHz or so and they're easy to detect with a shortwave receiver or SDR is even better. Your dish is designed for 12 GHz or so, almost 1000 times higher in frequency, it would be useless for that.


                    Muskegon Astronomical Society

                    Last month we got a 12' satellite dish from Dan Seeley. So the question on everyone's mind: what will we be able to accomplish with this dish? Well, depends on what objects we want to go after and what equipment we can afford. In amateur radio astronomy we could do Solar observations, Jupiter observations, Meteor observations, Galactic observations, or even SETI (search for extraterrestrial intelligence) observations.

                    Solar Observations: We could detect solar flares at the VLF (very low frequency) 30-80 KHz range or in the VHF (very high frequency) 1-30 MHz range. We'd need only simple ham radio equipment. With the satellite dish, we'd be able to pick up solar burst activity at 80-890 MHz frequency range.

                    Jupiter Observations: We could detect radio noise storms from Jupiter. at the 18-24 MHz range These storms are believed to be caused by the movement of the Jovian moons Io and Ganymede through the magnetic field of Jupiter, which in turn causes great electrical storms on the planet, Again, a simple short wave radio equipment and loop antenna.

                    Meteor Observations: By turning into a blank signal, say an marginally received aircraft beacon at 75 MHz, we could pick up in-falling meteors as "ping" sounds. We'd need ham radio equipment and a directional (Yagis) antenna.

                    Galactic Observations: With short wave equipment and a directional antenna, we could study solar flares. Perhaps we could study some of the more powerful radio sources such as Cassiopeia A or Cygnus A at the 80-100 MHz range. We could also study the galactic arms and the center of the Milky Way.

                    SETI Observations: You heard of the 21 centimeter band? This is the radio wavelength created by an excited hydrogen hydroxyl molecule. At 1420 MHz, it's the hole of silence where almost no Cosmic static is generated. This so-called "water hole" is an ideal place to observe in general (or look for ET). At this frequency, however, we'd need a satellite dish.

                    Oh, FYI. When we talk about the 21 cm Band, it's the wavelength (meters) = 300 / frequency (MHz). Example: 300 / 1420 MHz = .21 meters or the 21 centimeter band. The 21 cm band is also called the L-Band (1420 MHz or 1.4 GHz). Other bands include the 23 cm band (1300 MHz), the 2-meter band (148 MHz), the C-Band (4 GHz), and the Ku-Band (12 GHz).

                    Other Observations: A satellite dish is viable only above 400 MHz. In areas such as the "water hole", it might be possible to observe Doppler shifts in the Milky way or detect HEPs (high energy pulses) from the galactic center. These HEPs are mysterious pulses, possibly generated by flare stars or black hole radiation. Given the right equipment, we could observe pulsars, supernova remnants, gamma ray bursts, or other blackbody radiation (radiation that an object would absorb if it were a perfect absorber).

                    The basic radio telescope has an antenna, a pre-amplifier, bandpass filter, a mixer/oscillator, an IF (intermediate frequency) amplifier, square-law detector, and DC amplifier. The antenna, of course, is the TVRO (TV Receive Only) satellite dish. Signals from the antenna are sent to the pre-amplifier. The pre-amplifier (also called the LNA or low noise amplifier) boosts the weak in-coming signal. The bandpass filter (white box) allows only selected ranges of frequencies to pass to the mixer. The mixer/oscillator lowers the frequency for the IF amplifier (avoids signal feedback to the antenna). The signal is boosted by the IF amplifier (also does some bandpass filtering). The square-law detector allows passage of the signal in one direction by throwing out the other half (otherwise the highs would cancel the lows). The DC processor removes receiver noise and other fluctuations before sending the signal on to either a recorder or an A/D (analog/digital) converter and computer.

                    It'll be up to Dan to assemble our radio telescope. He might obtain the individual components separately. He might opt to get a TPR (total power receiver), an all-in-one receiver that has most of the components built-in. Radio Astronomy Supplies seems to be the main supplier of RA components. They also have $1500-$2500 all-in-one receivers. rfspace.com has an interesting receiver called a SDR-14 which runs about $1000. If Dan assemblies the individual components (gets the signal to the computer), we might be able to get the SDR-14 SpectraView software directly from www.moetronix.com.

                    In radio observations, you aim the dish ahead of the desired object, recording the object as it drifts across your field of view. The hard part is finding the object and getting ahead of it before the observation. If Dan can get four-way control, we'll be able to find objects easier. And if he can train the RA drive to track in sideral time, we'll be able to extend our observing time.

                    But don't hope for images any time soon. I'm told our dish will have a five degree field of view. By optical standards, that's huge and will result in low resolution. Radio astronomy in general is like seeing the sky through a soda straw (and an opaque straw at that). If we can make enough accurate sweeps of a section of sky perhaps we'll be able to create some sort of image. Eventually.

                    So, will we get to observe galactic Doppler shifts or hear ET? Again, depends on the equipment. But you have to start somewhere. And even if we don't see pulsars, at least we'll know why we can't see them. I liken this project to a beginner getting his first telescope. Images off the Internet are a thousand times better then anything you can see in your small scope. But your scope sees the real thing. A picture is like taking someone's word. Same thing with Radio Astronomy. We might end up with just lines on a graph, but they'll be OUR lines.

                    In writing this article, I found several sources of information. "Radio Astronomy Projects" by William Lonc, and "Amateur Radio Astronomy Systems, Procedures, and Projects" by Jeffery M. Lichtman were useful. Also found the following web site helpful:


                    Amateur radioastronomy: dish suggestions - Astronomy

                    This picture is a historic moment, on the 10th of June 2006 Matthias Busch, the Father of EASYSKY installed the ERAC Controler Driver to EasySky and for the first time ever the Radio Telescope Mannheim was no longer only in Meridian Transit mode , it was able to track celestial objects for the first time.

                    The First object to be looked at was of course Cas A and she came in Beutifuly. The next Target was Thermal noise from Jupiter and of course later the Moon. It was for Matthias a whole new feeling moving 2.5 Tones of Steel a Radio Telescope and of Course the seat he was sitting on and all that with his own program .

                    Congratulations and Thanks Matthias you have given us all the tool we need to do Challenging Radio Astronomy

                    A very good source for A.L.L.B.I.N antennas: Dishes upto 3.7 m

                    Contact

                    Starting in October 2006 all discussions are continued in the general ERAC mailing list. You can subscribe to that list on the following website:

                    To send off anything to the group all you have to do is send it off to the address

                    Links

                    • ALLBIN registration form for all who want to participate and support the project
                      ALLBIN registration form
                    • Peter Wright gives a technical overview on ALLBIN ideas and concepts
                      ALLBIN Powerpoint presentation (11 MBytes)
                    • Marko Cebokli describes his SImple Digital Interferometer (SIDI)
                      lea.hamradio.si/

                    Documents

                    It is Basically True that an Amateur Radio Astronomer can not do much with a small dish of say 3 ,5, or 8 meters however that is not true if the Amateur decides to build East West 2 element single site interferometer linked up with cables together to give a collecting area much larger , if the Amateur constructs his equipment well with this simple equipment he gets fantastic results for a very small cost indeed .

                    Let us go on a bit further and consider a Radio Linked Interferometer in VHF or UHF or Microwave bandwidth this is also easy as long as both dishes are in an east west Meridian transit mode , things get a bit more complicated however it is still a goal for an experiment that works very well on an amateur budget .

                    Now let us go a step further to imagine a group of Amateur Radio Astronomers spread all over Europe who decide to work together to build up something big . and you have landed by project ALLBIN the basis for the future of Amateur Radio Astronomy well into the future , but how could such a system work ?

                    The first stage is to get an intensity type interferometer up and running using Amateur Equipment then at a later date to upgrade this system to become a phased array but is this dream possible? As president of the European Radio Astronomy Club I say Yes Certainly ! Today we are living in a Society where Technological advances are taking place almost day after day and the computing power available today is gigantic all we have to do is get organised . Today after an idea given to us from Ian Morrison from Jodrell bank using Radio to link up 2 remote stations we have succeeded in making an interferometer from 2 sites with home made equipment . Project ALLBIN is sitting in its start position ready to go and you can most certainly help if you wish to join us ?

                    The System is planned to work like this: A total of 40 Stations are at some stage of construction at the moment by individuals spread all over Europe , we all want to observe at first the Hydrogen line at 1.42 GHz with identical Electronic Equipment in the Meridian Transit Mode Later the Equipment will be slowly upgraded as individual financing allows . Each station gets an e-mail telling him when and at what elevation he or she needs to observe. Now all stations are hopefully up and running and calibrated when a Radio Clock triggers off the computer to sample data at each station , this clock is not however Synchronised does however get everyone started within one second after this start impulse all timing is done using a standard Satellite based clock of high accuracy using the PAL FBAS Signal from the German TV Channel ZDF via ASTRA 1F which gives a signal of 15.625KHz which using a PLL can lock in any other Oscillators to an accuracy of 10 to the power minus 13 to 14, this is not possible with GPS for instance as GPS gives us for each station a local time only . After a run is completed we all meet in the internet in an art chat room for engineering and chat as well as data transfer . this chat room has two levels one for communication and the other to communicate with the group , one station acts as master to pole each station for a sample of data , after all stations have sent in a bit of data the master station calculates the correlation shift for each station individually. This value is sent out to each remote station to let him shift all his data by this value locally so using the computer power of each station rather than at one central hub . Now the sample has been done very roughly and each station can see in the engineering channel what has been Observed roughly , everyone can now decide what needs to be observed in detail which the master station then implements to get depth data of the area of interest , this interactive mode together with modern Data Compression Techniques and the day by day improvement of Computers and Data Highways is the secret of how project ALLBIN will be constructed and will improve its performance in the years to come .

                    Today Project ALLBIN is in the Hybrid stage of early Construction and Development , we need people who are interested in Helping to get the system off the ground , at the end we will be manufacturing a product that will be the basis of a whole new tool for the future and I think that is exiting enough for anyone to help Pioneer the future of Amateur Radio Astronomy in Europe , a later step will be to hopefully work with existing VLBI Groups here in Europe .

                    Q. How can I Help ?
                    A.If you are a Mathematician , Programmer Hardware or RF Man we need you in our team now as training weekends are now being planned to learn how VLBI is being done today and from this how our own equipment will be designed and built for a total of 80 stations spread all over Europe.

                    Q Can I earn money with this project
                    A. No But what you will be doing will be priceless for yourself and others.

                    Q. do I need to own a Radio Telescope to Participate
                    A. No but one day with our help you will that is certain .

                    Q do I need to have my own equipment
                    A No you will be working on of having close contact to an existing ERAC Member in your Area to work together as a central team for development and a local group when implemented .

                    Q. What kind of knowledge do I need to bring with me to work with this group.
                    A. Everyone is a Specialist for something and that is what we need with Project ALLBIN we all help each other to do what we can for others and be helped by others where we have problems .

                    Q. If I choose to build my own station what will this cost me
                    A Every station we get up and running will mean that we get a better view of space and if you wish to build up your own station we will help you to do this the hardware is designed and manufactured by the group so the costs will be very low indeed however allot of work that you will be proud of at the end of the day . The basic Fixed manually tiltable meridian transit telescope will be cheep probably with a donated dish free of charge at a later date the tilt mechanism will need to be controlled via computer and maybe the dish will need to become rotatable but all this is not needed at the start and everything will get upgraded at a slow rate , the basic system may be later used at different frequencies by a simple change of feed and Low noise block down converter .

                    Q How can I join in
                    A. Just Mail us here at Headquarters [email protected]m and we will do the rest

                    To close a small word of warning

                    PROJECT ALLBIN IS WORTH GETTING INVOLVED IN AS IT WILL BE A GIFT TO THE WHOLE AMATEUR COMUNITY FOR THE GENERATIONS TO COME


                    Voir la vidéo: John Kraus OSU:: Grote Reber, Founder of Radio Astronomy (Mai 2022).


Commentaires:

  1. Zulabar

    Alternativement, oui

  2. Dizil

    Je souhaite parler avec vous, j'ai quelque chose à dire.

  3. Osip

    Je suis également préoccupé par cette question. Pouvez-vous me dire où je peux trouver plus d'informations sur ce problème ?

  4. Mezil

    Cela n'a pas retiré.

  5. Eburhardt

    Le manque total de goût



Écrire un message