Astronomie

Quelles planètes ou exoplanètes orbitent autour du jumeau aîné du Soleil, HIP 102152 ?

Quelles planètes ou exoplanètes orbitent autour du jumeau aîné du Soleil, HIP 102152 ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Quelqu'un a-t-il fait des recherches sur les planètes en orbite autour de HIP102152 ? Étant donné que cette étoile est similaire à la nôtre et plus ancienne, je postule qu'il est probable que ces planètes valent le plus la recherche de civilisations avancées.


Aucune planète n'a été détectée en orbite autour de HIP 102152.

Cela ne veut pas dire qu'il n'existe pas de planètes, mais que nos techniques actuelles ne sont pas capables de les détecter. La plupart des planètes sont détectées par la méthode de transit. Cela observe le très faible creux de lumière lorsqu'une planète passe devant l'étoile. Cependant, si l'orbite de la planète ne s'aligne pas exactement avec la Terre, alors la planète ne sera pas détectée.

D'autres méthodes peuvent détecter de grandes planètes qui orbitent près de l'étoile, ou de très grandes planètes en orbite très éloignée de l'étoile. Les systèmes solaires comme le nôtre sont plus difficiles à détecter.

Compte tenu de ce que nous savons de l'abondance des planètes, il est probable que HIP 102152 possède un système planétaire. Mais la détection réelle pourrait ne pas être possible avec la technologie actuelle.

De plus, il n'y a aucune raison évidente de penser que la vie ou la vie intelligente est particulièrement probable simplement parce que l'étoile est similaire au soleil. La nature de l'étoile peut exclure la vie intelligente. Mais pour autant que nous le sachions, la vie a juste besoin d'une source d'énergie raisonnablement stable et de beaucoup de chance. Il n'a pas besoin d'un jumeau solaire.


Si vous recherchez l'étoile sur SIMBAD et consultez les références, vous rencontrerez des articles sur un projet appelé Solar Twin Planet Search, qui, comme son nom l'indique, est un projet de recherche de planètes autour de jumeaux solaires. Le premier article de la série, Ramírez et al. (2014) "The Solar Twin Planet Search. I. Fundamental parameters of the stellar sample" répertorie HIP 102152 comme l'une des étoiles cibles du projet, qui mesure les vitesses radiales à l'aide du spectrographe HARPS.

Pour l'instant, rien ne s'affiche. Si vous effectuez une recherche dans les catalogues d'exoplanètes, par ex. l'archive des exoplanètes de la NASA ou l'encyclopédie des planètes extrasolaires, il n'y a pas de planètes connues autour de HIP 102152. Les données recueillies lors de la recherche de planètes jumelles solaires ont été utilisées pour fixer des limites supérieures aux masses de planètes autour de l'étoile, voir la figure 4 dans Monroe et al . (2013) "Abondances de haute précision de l'ancien jumeau solaire HIP 102152: Aperçus sur l'épuisement de Li du plus vieux soleil": la limite va de quelques masses terrestres pour des orbites d'un jour à environ des planètes de masse Saturne à 1000 jours. Les abondances de divers éléments dans l'étoile suggèrent qu'il pourrait bien y avoir des planètes terrestres en orbite autour de l'étoile, mais elles seraient bien en deçà des limites de détection pour toutes les orbites sauf les plus courtes.


Plus ancien jumeau solaire identifié : le VLT fournit de nouveaux indices pour aider à résoudre le mystère du lithium

Cette image suit la vie d'une étoile semblable au Soleil, de sa naissance sur le côté gauche du cadre à son évolution en une étoile géante rouge sur la droite. Sur la gauche, l'étoile est vue comme une protoétoile, incrustée dans un disque poussiéreux de matière au fur et à mesure de sa formation. Il devient plus tard une étoile comme notre Soleil. Après avoir passé la majorité de sa vie à ce stade, le noyau de l'étoile commence à se réchauffer progressivement, l'étoile se dilate et devient plus rouge jusqu'à ce qu'elle se transforme en géante rouge. Après cette étape, l'étoile poussera ses couches externes dans l'espace environnant pour former un objet connu sous le nom de nébuleuse planétaire, tandis que le noyau de l'étoile elle-même se refroidira en un petit reste dense appelé étoile naine blanche. Sur la ligne de temps inférieure sont marqués où se trouvent nos jumeaux solaires et solaires 18 Sco et HIP 102152 dans ce cycle de vie. Le Soleil a 4,6 milliards d'années et 18 Sco a 2,9 milliards d'années, tandis que le plus ancien jumeau solaire a environ 8,2 milliards d'années – le plus ancien jumeau solaire jamais identifié. En étudiant HIP 102152, nous pouvons avoir un aperçu de ce que l'avenir réserve à notre Soleil. Cette image est illustrative les âges, les tailles et les couleurs sont approximatifs (pas à l'échelle). L'étage proto-étoile, à l'extrême gauche de cette image, peut être environ 2000 fois plus grand que notre Soleil. La scène de la géante rouge, à l'extrême droite de cette image, peut être environ 100 fois plus grande que le Soleil. Crédit : ESO/M. Kornmesser

(Phys.org) — Une équipe internationale dirigée par des astronomes au Brésil a utilisé le Very Large Telescope de l'ESO pour identifier et étudier le plus ancien jumeau solaire connu à ce jour. Située à 250 années-lumière de la Terre, l'étoile HIP 102152 ressemble plus au Soleil qu'à tout autre jumeau solaire, sauf qu'elle a près de quatre milliards d'années de plus. Ce jumeau plus ancien, mais presque identique, nous donne une chance sans précédent de voir à quoi ressemblera le Soleil lorsqu'il vieillira. Les nouvelles observations fournissent également un premier lien clair important entre l'âge d'une étoile et sa teneur en lithium, et suggèrent en outre que HIP 102152 pourrait être l'hôte de planètes terrestres rocheuses.

Les astronomes n'observent le Soleil avec des télescopes que depuis 400 ans, une infime fraction de l'âge du Soleil de 4,6 milliards d'années. Il est très difficile d'étudier l'histoire et l'évolution future de notre étoile, mais nous pouvons le faire en recherchant des étoiles rares qui sont presque exactement comme la nôtre, mais à différentes étapes de leur vie. Maintenant, les astronomes ont identifié une étoile qui est essentiellement une jumelle identique à notre Soleil, mais 4 milliards d'années plus vieille, presque comme voir une version réelle du paradoxe des jumeaux en action.

Jorge Melendez (Universidade de São Paulo, Brésil), le chef de l'équipe et co-auteur du nouvel article explique : « Pendant des décennies, les astronomes ont recherché des jumeaux solaires afin de mieux connaître notre propre Soleil qui donne la vie. Mais très peu ont été trouvés depuis la découverte du premier en 1997. Nous avons maintenant obtenu des spectres de superbe qualité du VLT et pouvons scruter les jumeaux solaires avec une extrême précision, pour répondre à la question de savoir si le Soleil est spécial. "

L'équipe a étudié deux jumeaux solaires, l'un que l'on croyait plus jeune que le Soleil (18 Scorpions) et l'autre qui devait être plus âgé (HIP 102152). Ils ont utilisé le spectrographe UVES du Very Large Telescope (VLT) de l'observatoire Paranal de l'ESO pour diviser la lumière en ses couleurs composantes afin que la composition chimique et d'autres propriétés de ces étoiles puissent être étudiées en détail.

Ils ont découvert que HIP 102152 dans la constellation du Capricorne (la chèvre des mers) est le plus ancien jumeau solaire connu à ce jour. Son âge est estimé à 8,2 milliards d'années, contre 4,6 milliards d'années pour notre propre Soleil. D'autre part, il a été confirmé que 18 Scorpions étaient plus jeunes que le Soleil, âgés d'environ 2,9 milliards d'années.

Cette animation 3D montre la vie d'une étoile semblable au Soleil, de sa naissance sur le côté gauche du cadre à son évolution en une étoile géante rouge sur la droite. Sur la gauche, l'étoile est vue comme une protoétoile, incrustée dans un disque poussiéreux de matière au fur et à mesure de sa formation. Il devient plus tard une étoile comme notre Soleil. Après avoir passé la majorité de sa vie à ce stade, l'étoile se transforme en géante rouge. Après cette étape, l'étoile poussera ses couches externes dans l'espace environnant pour former un objet connu sous le nom de nébuleuse planétaire, tandis que le noyau de l'étoile elle-même se refroidira en un petit reste dense appelé étoile naine blanche. Sur la ligne de temps inférieure sont marqués où se trouvent nos jumeaux solaires et solaires 18 Sco et HIP 102152 dans ce cycle de vie. Le Soleil a 4,6 milliards d'années et 18 Sco a 2,9 milliards d'années, tandis que le plus ancien jumeau solaire a environ 8,2 milliards d'années – le plus ancien jumeau solaire jamais identifié. En étudiant HIP 102152, nous pouvons avoir un aperçu de ce que l'avenir réserve à notre Soleil. Cette animation est illustrative les âges, les tailles et les couleurs sont approximatifs (pas à l'échelle). L'étage proto-étoile peut être environ 2000 fois plus grand que notre Soleil. La scène de la géante rouge peut être environ 100 fois plus grande que le Soleil. Crédit : ESO/M. Kornmesser

L'étude de l'ancien jumeau solaire HIP 102152 permet aux scientifiques de prédire ce qui peut arriver à notre propre Soleil lorsqu'il atteindra cet âge, et ils ont déjà fait une découverte importante. "L'un des problèmes que nous voulions résoudre est de savoir si le Soleil est de composition typique ou non", explique Melendez. « Plus important encore, pourquoi a-t-il une teneur en lithium si étrangement faible ? »

Le lithium, le troisième élément du tableau périodique, a été créé lors du Big Bang avec l'hydrogène et l'hélium. Les astronomes se demandent depuis des années pourquoi certaines étoiles semblent avoir moins de lithium que d'autres. Avec les nouvelles observations de HIP 102152, les astronomes ont fait un grand pas vers la résolution de ce mystère en établissant une forte corrélation entre l'âge d'une étoile semblable au Soleil et sa teneur en lithium.

Notre propre Soleil ne contient désormais que 1% de la teneur en lithium qui était présente dans le matériau à partir duquel il s'est formé. Les examens de jeunes jumeaux solaires ont laissé entendre que ces jeunes frères et sœurs contiennent des quantités significativement plus importantes de lithium, mais jusqu'à présent, les scientifiques n'ont pas pu prouver une corrélation claire entre l'âge et la teneur en lithium.

TalaWanda Monroe (Universidade de São Paulo), l'auteur principal du nouvel article, conclut : « Nous avons constaté que le HIP 102152 a de très faibles niveaux de lithium. Cela démontre clairement pour la première fois que les jumeaux solaires plus âgés ont en effet moins de lithium que notre propre Soleil ou des jumeaux solaires plus jeunes. Nous pouvons maintenant être certains que les étoiles détruisent d'une manière ou d'une autre leur lithium en vieillissant, et que la teneur en lithium du Soleil semble être normale pour son âge.

Un dernier rebondissement dans l'histoire est que HIP 102152 a un modèle de composition chimique inhabituel qui est subtilement différent de la plupart des autres jumeaux solaires, mais similaire au Soleil. Ils montrent tous deux une carence des éléments abondants dans les météorites et sur Terre. C'est un indice fort que HIP 102152 peut héberger des planètes rocheuses terrestres.


Des astronomes découvrent un jumeau Jupiter autour d'une étoile semblable au soleil

Vue d'artiste montrant une géante gazeuse jumelle Jupiter récemment découverte en orbite autour de l'étoile jumelle solaire, HIP 11915. La planète a une masse très similaire à celle de Jupiter et orbite à la même distance de son étoile que Jupiter le fait du Soleil. Ceci, associé à la composition semblable au Soleil de HIP 11915, laisse entrevoir la possibilité que le système de planètes en orbite autour de HIP 11915 ressemble à notre propre système solaire, avec des planètes rocheuses plus petites en orbite plus près de l'étoile hôte. Crédit : ESO/M. Kornmesser

À l'aide du télescope de 3,6 mètres de l'ESO, une équipe internationale d'astronomes a identifié une planète semblable à Jupiter en orbite à la même distance de l'étoile semblable au Soleil HIP 11915.

Selon les théories actuelles, la formation des planètes de la masse de Jupiter joue un rôle important dans la formation de l'architecture des systèmes planétaires. L'existence d'une planète de la masse de Jupiter sur une orbite semblable à Jupiter autour d'une étoile semblable au Soleil ouvre la possibilité que le système de planètes autour de cette étoile puisse être similaire à notre propre système solaire. HIP 11915 a à peu près le même âge que le Soleil et, de plus, sa composition semblable au Soleil suggère qu'il pourrait également y avoir des planètes rocheuses en orbite plus près de l'étoile.

Jusqu'à présent, les relevés d'exoplanètes ont été plus sensibles aux systèmes planétaires qui sont peuplés dans leurs régions intérieures par des planètes massives, jusqu'à quelques fois la masse de la Terre. Cela contraste avec notre système solaire, où il y a de petites planètes rocheuses dans les régions intérieures et des géantes gazeuses comme Jupiter plus loin.

Selon les théories les plus récentes, l'agencement de notre système solaire, si propice à la vie, a été rendu possible par la présence de Jupiter et l'influence gravitationnelle que cette géante gazeuse a exercée sur le système solaire durant ses années de formation. Il semblerait donc que trouver un jumeau de Jupiter soit une étape importante sur la voie de la recherche d'un système planétaire qui reflète le nôtre.

Une équipe dirigée par le Brésil a ciblé des étoiles semblables au Soleil dans le but de trouver des systèmes planétaires similaires à notre système solaire. L'équipe a maintenant découvert une planète avec une masse très similaire à Jupiter, en orbite autour d'une étoile semblable au Soleil, HIP 11915, à presque exactement la même distance que Jupiter. La nouvelle découverte a été faite à l'aide de HARPS, l'un des instruments de chasse aux planètes les plus précis au monde, monté sur le télescope de 3,6 mètres de l'ESO à l'observatoire de La Silla au Chili.

Bien que de nombreuses planètes similaires à Jupiter aient été trouvées à diverses distances des étoiles semblables au Soleil, cette planète nouvellement découverte, en termes à la fois de masse et de distance de son étoile hôte, et en termes de similitude entre l'étoile hôte et notre Soleil , est l'analogue le plus précis jamais trouvé pour le Soleil et Jupiter.


Vue d'artiste montrant une géante gazeuse jumelle Jupiter récemment découverte en orbite autour de l'étoile jumelle solaire, HIP 11915. La planète a une masse très similaire à celle de Jupiter et orbite à la même distance de son étoile que Jupiter le fait du Soleil. Ceci, associé à la composition semblable au Soleil de HIP 11915, laisse entrevoir la possibilité que le système de planètes en orbite autour de HIP 11915 ressemble à notre propre système solaire, avec des planètes rocheuses plus petites en orbite plus près de l'étoile hôte. Crédit : ESO/M. Kornmesser

L'hôte de la planète, le jumeau solaire HIP 11915, est non seulement similaire en masse au Soleil, mais a également à peu près le même âge. Pour renforcer encore les similitudes, la composition de l'étoile est similaire à celle du Soleil. La signature chimique de notre Soleil peut être en partie marquée par la présence de planètes rocheuses dans le système solaire, faisant allusion à la possibilité de planètes rocheuses également autour de HIP 11915.

Selon Jorge Melendez, de l'Universidade de São Paulo, Brésil, chef de l'équipe et co-auteur de l'article, « la quête d'une Terre 2.0, et d'un système solaire 2.0 complet, est l'une des entreprises les plus passionnantes. en astronomie. Nous sommes ravis de faire partie de cette recherche de pointe, rendue possible par les installations d'observation fournies par l'ESO.

Megan Bedell, de l'Université de Chicago et auteur principal de l'article, conclut : « Après deux décennies de chasse aux exoplanètes, nous commençons enfin à voir des planètes géantes gazeuses à longue période similaires à celles de notre propre système solaire grâce à la longue -stabilité à terme des instruments de chasse planétaire comme HARPS. Cette découverte est, à tous égards, un signe excitant que d'autres systèmes solaires peuvent être là-bas en attente d'être découverts. »

Des observations de suivi sont nécessaires pour confirmer et contraindre la découverte, mais HIP 11915 est l'un des candidats les plus prometteurs à ce jour pour héberger un système planétaire similaire au nôtre.

Cette recherche a été présentée dans un article intitulé « The Solar Twin Planet Search II. Un jumeau de Jupiter autour d'un jumeau solaire », par M. Bedell et al., à paraître dans la revue Astronomy and Astrophysics.


Les astronomes localisent le plus ancien jumeau solaire connu

Une équipe internationale dirigée par des astronomes brésiliens a utilisé le Very Large Telescope de l'ESO pour identifier et étudier le plus ancien jumeau solaire connu à ce jour.

Située à 250 années-lumière de la Terre, l'étoile HIP 102152 ressemble plus au Soleil qu'à tout autre jumeau solaire, sauf qu'elle a près de quatre milliards d'années de plus. Ce jumeau plus ancien, mais presque identique, nous donne une chance sans précédent de voir à quoi ressemblera le Soleil lorsqu'il vieillira. Les nouvelles observations fournissent également un premier lien clair important entre l'âge d'une étoile et sa teneur en lithium, et suggèrent en outre que HIP 102152 pourrait être l'hôte de planètes terrestres rocheuses.

Les astronomes n'observent le Soleil avec des télescopes que depuis 400 ans – une infime fraction de l'âge du Soleil de 4,6 milliards d'années. Il est très difficile d'étudier l'histoire et l'évolution future de notre étoile, mais nous pouvons le faire en recherchant des étoiles rares qui sont presque exactement comme la nôtre, mais à différentes étapes de leur vie. Maintenant, les astronomes ont identifié une étoile qui est essentiellement une jumelle identique à notre Soleil, mais 4 milliards d'années plus vieille - presque comme voir une version réelle du paradoxe des jumeaux en action [1].


Cette image montre le jumeau solaire HIP 102152, une étoile située à 250 années-lumière de la Terre dans la constellation du Capricorne (la chèvre des mers). ESO/Digitized Sky Survey 2. Remerciements : Davide De Martin.

Jorge Melendez (Universidade de São Paulo, Brésil), le chef de l'équipe et co-auteur du nouvel article explique : « Pendant des décennies, les astronomes ont recherché des jumeaux solaires afin de mieux connaître notre propre Soleil qui donne la vie. Mais très peu ont été trouvés depuis la découverte du premier en 1997. Nous avons maintenant obtenu des spectres de superbe qualité du VLT et pouvons scruter les jumeaux solaires avec une précision extrême, pour répondre à la question de savoir si le Soleil est spécial. "

L'équipe a étudié deux jumeaux solaires [2] -- l'un que l'on pensait être plus jeune que le Soleil (18 Scorpions) et l'autre qui devait être plus vieux (HIP 102152). Ils ont utilisé le spectrographe UVES du Very Large Telescope (VLT) de l'Observatoire Paranal de l'ESO pour diviser la lumière en ses couleurs composantes afin que la composition chimique et d'autres propriétés de ces étoiles puissent être étudiées en détail.

Ils ont découvert que HIP 102152 dans la constellation du Capricorne (la chèvre des mers) est le plus ancien jumeau solaire connu à ce jour. Son âge est estimé à 8,2 milliards d'années, contre 4,6 milliards d'années pour notre propre Soleil. D'un autre côté, il a été confirmé que 18 Scorpions étaient plus jeunes que le Soleil, âgés d'environ 2,9 milliards d'années.

L'étude de l'ancien jumeau solaire HIP 102152 permet aux scientifiques de prédire ce qui peut arriver à notre propre Soleil lorsqu'il atteindra cet âge, et ils ont déjà fait une découverte importante. "L'un des problèmes que nous voulions résoudre est de savoir si le Soleil est de composition typique ou non", explique Melendez. « Plus important encore, pourquoi a-t-il une teneur en lithium si étrangement faible ? »

Le lithium, le troisième élément du tableau périodique, a été créé lors du Big Bang avec l'hydrogène et l'hélium. Les astronomes se demandent depuis des années pourquoi certaines étoiles semblent avoir moins de lithium que d'autres. Avec les nouvelles observations de HIP 102152, les astronomes ont fait un grand pas vers la résolution de ce mystère en établissant une forte corrélation entre l'âge d'une étoile semblable au Soleil et sa teneur en lithium.

Notre propre Soleil ne contient désormais que 1% de la teneur en lithium qui était présente dans le matériau à partir duquel il s'est formé. Les examens de jeunes jumeaux solaires ont laissé entendre que ces jeunes frères et sœurs contiennent des quantités significativement plus importantes de lithium, mais jusqu'à présent, les scientifiques n'ont pas pu prouver une corrélation claire entre l'âge et la teneur en lithium [3].

TalaWanda Monroe (Universidade de São Paulo), l'auteur principal du nouvel article, conclut : « Nous avons constaté que le HIP 102152 a de très faibles niveaux de lithium. Cela démontre clairement pour la première fois que les jumeaux solaires plus âgés ont en effet moins de lithium que notre propre Soleil ou des jumeaux solaires plus jeunes. Nous pouvons maintenant être certains que les étoiles détruisent d'une manière ou d'une autre leur lithium en vieillissant, et que la teneur en lithium du Soleil semble être normale pour son âge. [4]

Un dernier rebondissement dans l'histoire est que HIP 102152 a un modèle de composition chimique inhabituel qui est subtilement différent de la plupart des autres jumeaux solaires, mais similaire au Soleil. Ils montrent tous deux une carence des éléments abondants dans les météorites et sur Terre. C'est un indice fort que HIP 102152 peut héberger des planètes rocheuses terrestres [5].

Remarques
[1] Beaucoup de gens ont entendu parler du paradoxe des jumeaux : un jumeau identique fait un voyage dans l'espace et revient sur Terre plus jeune que son frère. Bien qu'il n'y ait pas de voyage dans le temps impliqué ici, nous voyons deux âges distinctement différents pour ces deux étoiles très similaires - des instantanés de la vie du Soleil à différents stades.

[2] Les jumelles solaires, les analogues solaires et les étoiles de type solaire sont des catégories d'étoiles selon leur similitude avec notre propre Soleil. Les jumeaux solaires sont les plus similaires à notre Soleil, car ils ont des masses, des températures et des abondances chimiques très similaires. Les jumeaux solaires sont rares mais les autres classes, où la similitude est moins précise, sont beaucoup plus fréquentes.

[3] Des études antérieures ont indiqué que la teneur en lithium d'une étoile pourrait également être affectée si elle héberge des planètes géantes (eso0942, eso0118, article Nature), bien que ces résultats aient été débattus (ann1046).

[4] On ne sait toujours pas exactement comment le lithium est détruit dans les étoiles, bien que plusieurs processus aient été proposés pour transporter le lithium de la surface d'une étoile vers ses couches plus profondes, où il est ensuite détruit.

[5] Si une étoile contient moins d'éléments que l'on trouve couramment dans les corps rocheux, cela indique qu'elle est susceptible d'héberger des planètes terrestres rocheuses, car ces planètes enferment ces éléments lorsqu'ils se forment à partir d'un grand disque entourant l'étoile. La suggestion que HIP 102152 pourrait héberger de telles planètes est encore renforcée par la surveillance de la vitesse radiale de cette étoile avec le spectrographe HARPS de l'ESO, qui indique qu'à l'intérieur de la zone habitable de l'étoile, il n'y a pas de planètes géantes. Cela permettrait l'existence de planètes potentielles semblables à la Terre autour de HIP 102152 dans des systèmes avec des planètes géantes existant près de leur étoile, les chances de trouver des planètes terrestres sont beaucoup moins importantes car ces petits corps rocheux sont perturbés et perturbés.

Plus d'information
Cette recherche a été présentée dans un article à paraître dans « High precision abondances of the old solar twin HIP 102152: insights on Li depletion from the Old Sun », par TalaWanda Monroe et al. dans l'Astrophysical Journal Letters.

L'équipe est composée de TalaWanda R. Monroe, Jorge Meléndez (Universidade de São Paulo, Brésil [USP]), Iván Ramírez (The University of Texas at Austin, USA), David Yong (Australian National University, Australia [ANU]), Maria Bergemann (Max Planck Institute for Astrophysics, Allemagne), Martin Asplund (ANU), Jacob Bean, Megan Bedell (Université de Chicago, États-Unis), Marcelo Tucci Maia (USP), Karin Lind (Université de Cambridge, Royaume-Uni), Alan Alves -Brito, Luca Casagrande (ANU), Matthieu Castro, José-Dias do Nascimento (Universidade Federal do Rio Grande do Norte, Brésil), Michael Bazot (Centro de Astrofísica da Universidade de Porto, Portugal) et Fabrício C. Freitas (USP) .

L'ESO est la principale organisation intergouvernementale d'astronomie en Europe et de loin l'observatoire astronomique au sol le plus productif au monde. Il est soutenu par 15 pays : Autriche, Belgique, Brésil, République tchèque, Danemark, France, Finlande, Allemagne, Italie, Pays-Bas, Portugal, Espagne, Suède, Suisse et Royaume-Uni. L'ESO mène un programme ambitieux axé sur la conception, la construction et l'exploitation de puissantes installations d'observation au sol permettant aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de premier plan dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche astronomique. L'ESO exploite trois sites d'observation uniques de classe mondiale au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le Very Large Telescope, l'observatoire astronomique en lumière visible le plus avancé au monde et deux télescopes d'enquête. VISTA fonctionne dans l'infrarouge et est le plus grand télescope d'enquête au monde et le télescope d'enquête VLT est le plus grand télescope conçu pour étudier exclusivement le ciel en lumière visible. L'ESO est le partenaire européen d'un télescope astronomique révolutionnaire ALMA, le plus grand projet astronomique existant. L'ESO planifie actuellement le télescope optique/proche infrarouge européen extrêmement large de 39 mètres, l'E-ELT, qui deviendra « le plus grand œil du monde sur le ciel ».


Le jumeau Jupiter découvert autour du jumeau solaire

Un groupe international d'astronomes a utilisé le télescope de 3,6 mètres de l'ESO pour identifier une planète comme Jupiter en orbite à la même distance d'une étoile semblable au Soleil, HIP 11915. Selon les théories actuelles, la formation de planètes de la masse de Jupiter joue un rôle important rôle dans la formation de l'architecture des systèmes planétaires. L'existence d'une planète de masse Jupiter dans une orbite semblable à Jupiter autour d'une étoile semblable au Soleil ouvre la possibilité que le système de planètes autour de cette étoile puisse être similaire à notre propre système solaire. HIP 11915 a à peu près le même âge que le Soleil et, de plus, sa composition semblable au Soleil suggère qu'il pourrait également y avoir des planètes rocheuses en orbite plus près de l'étoile.

Jusqu'à présent, les relevés d'exoplanètes ont été plus sensibles aux systèmes planétaires qui sont peuplés dans leurs régions intérieures par des planètes massives, jusqu'à quelques fois la masse de la Terre [1]. Cela contraste avec notre système solaire, où il y a de petites planètes rocheuses dans les régions intérieures et des géantes gazeuses comme Jupiter plus loin.

Selon les théories les plus récentes, l'agencement de notre système solaire, si propice à la vie, a été rendu possible par la présence de Jupiter et l'influence gravitationnelle que cette géante gazeuse a exercée sur le système solaire durant ses années de formation. Il semblerait donc que trouver un jumeau de Jupiter soit une étape importante sur la voie de la recherche d'un système planétaire qui reflète le nôtre.

Une équipe dirigée par le Brésil a ciblé des étoiles semblables au Soleil dans le but de trouver des systèmes planétaires similaires à notre système solaire. L'équipe a maintenant découvert une planète avec une masse très similaire à Jupiter [2], en orbite autour d'une étoile semblable au Soleil, HIP 11915, à presque exactement la même distance que Jupiter. La nouvelle découverte a été faite à l'aide de HARPS, l'un des instruments de chasse aux planètes les plus précis au monde, monté sur le télescope de 3,6 mètres de l'ESO à l'observatoire de La Silla au Chili.

Bien que de nombreuses planètes similaires à Jupiter aient été trouvées [3] à diverses distances des étoiles semblables au Soleil, cette planète nouvellement découverte, en termes à la fois de masse et de distance de son étoile hôte, et en termes de similitude entre l'étoile hôte et notre Soleil, est l'analogue le plus précis jamais trouvé pour le Soleil et Jupiter.

L'hôte de la planète, le jumeau solaire HIP 11915, est non seulement similaire en masse au Soleil, mais a également à peu près le même âge. Pour renforcer encore les similitudes, la composition de l'étoile est similaire à celle du Soleil. La signature chimique de notre Soleil peut être en partie marquée par la présence de planètes rocheuses dans le système solaire, faisant allusion à la possibilité de planètes rocheuses également autour de HIP 11915.

Selon Jorge Melendez, de l'Universidade de São Paulo, Brésil, chef de l'équipe et co-auteur de l'article, « la quête d'une Terre 2.0, et d'un système solaire 2.0 complet, est l'une des entreprises les plus passionnantes en astronomie. Nous sommes ravis de faire partie de cette recherche de pointe, rendue possible par les installations d'observation fournies par l'ESO. [4]

Megan Bedell, de l'Université de Chicago et auteur principal de l'article, conclut : « Après deux décennies de chasse aux exoplanètes, nous commençons enfin à voir des planètes géantes gazeuses à longue période similaires à celles de notre propre système solaire grâce à la longue à terme des instruments de chasse aux planètes comme HARPS. Cette découverte est, à tous égards, un signe excitant que d'autres systèmes solaires peuvent être là-bas en attente d'être découverts. "

Des observations de suivi sont nécessaires pour confirmer et contraindre la découverte, mais HIP 11915 est l'un des candidats les plus prometteurs à ce jour pour héberger un système planétaire similaire au nôtre.

[1] Les techniques de détection actuelles sont plus sensibles aux planètes grandes ou massives proches de leurs étoiles hôtes. Les planètes petites et de faible masse dépassent pour la plupart nos capacités actuelles. Les planètes géantes qui orbitent loin de leur étoile hôte sont également plus difficiles à détecter. Par conséquent, de nombreuses exoplanètes que nous connaissons actuellement sont grandes et/ou massives, et proches de leurs étoiles.

[2] La planète a été découverte en mesurant la légère oscillation qu'elle impose à son étoile hôte en orbite autour d'elle. L'inclinaison de l'orbite de la planète n'étant pas connue, seule une limite inférieure de sa masse peut être estimée. A noter que l'activité de l'étoile, qui est liée aux variations de son champ magnétique, pourrait éventuellement mimer le signal qui est interprété comme la signature de la planète. Les astronomes ont effectué tous les tests connus pour étudier cette possibilité, mais il est actuellement impossible de l'exclure complètement.

[3] Un exemple d'un autre Jupiter Twin est celui autour de HD 154345, décrit ici.

[4] Depuis la signature de l'accord d'adhésion du Brésil en décembre 2010, les astronomes brésiliens ont un accès complet aux installations d'observation de l'ESO.


Des astronomes découvrent le jumeau Jupiter autour du jumeau solaire

CHICAGO, 15 juillet (UPI) -- Une équipe d'astronomes internationaux a peut-être trouvé un système solaire comme le nôtre, donnant de l'espoir aux chercheurs qui cherchent à trouver des exoplanètes rocheuses semblables à la Terre dans la zone habitable.

À l'aide des données recueillies par le télescope de 3,6 mètres de l'Observatoire européen austral, des chercheurs ont récemment localisé une planète gazeuse semblable à Jupiter en orbite autour d'un soleil presque identique au nôtre.

Non seulement la géante gazeuse lointaine est similaire en masse, en taille et en composition à Jupiter, mais elle orbite également son étoile hôte à une distance similaire à la séparation entre Jupiter et notre soleil. L'étoile autour de laquelle orbite le sosie de Jupiter s'appelle HIP 11915, et elle ressemble également à notre soleil - avec une masse, un âge et une composition similaires.

Alors que les chercheurs n'ont pas encore identifié d'autres exoplanètes, le système solaire nouvellement localisé est susceptible de révéler de nouvelles découvertes planétaires alors que les chercheurs approfondissent leurs recherches.

C'est la composition familière de HIP 11915 – et le fait que le jumeau de Jupiter est plus éloigné et non plus proche – qui fait croire aux chercheurs que ce système solaire a peut-être développé une distribution de planètes similaires à la nôtre, y compris des planètes rocheuses en orbite interne comme la Terre. .

Kepler et d'autres missions d'étude d'exoplanètes ont localisé une variété de systèmes solaires extraterrestres. Mais ceux qui sont les plus faciles à repérer - et donc ceux qui sont repérés le plus fréquemment - sont des systèmes avec des étoiles qui hébergent de grandes planètes gonflées avec des orbites serrées. Ces grandes planètes bloquent la lumière de leur soleil, ce qui permet aux algorithmes terrestres de les repérer et de les identifier plus facilement comme des exoplanètes, mais ces systèmes sont moins susceptibles d'héberger les planètes semblables à la Terre qui intéressent le plus les scientifiques.

"La quête d'une Terre 2.0 et d'un système solaire complet 2.0 est l'une des entreprises les plus passionnantes en astronomie", Jorge Melendez, chercheur à l'Université de Sao Paulo et co-auteur d'un nouvel article sur les deux jumeaux. , a déclaré dans un communiqué de presse. « Nous sommes ravis de faire partie de cette recherche de pointe, rendue possible par les installations d'observation fournies par l'ESO.

"Après deux décennies de chasse aux exoplanètes, nous commençons enfin à voir des planètes géantes gazeuses à longue période similaires à celles de notre propre système solaire grâce à la stabilité à long terme des instruments de chasse aux planètes comme HARPS", la vitesse radiale de haute précision. Planet Searcher, a ajouté Megan Bedell, astronome à l'Université de Chicago et auteur principal du nouvel article, qui sera bientôt publié dans la revue Astronomie & Astrophysique.

"Cette découverte est, à tous égards, un signe excitant que d'autres systèmes solaires attendent peut-être d'être découverts", a-t-elle conclu.


Le jumeau Jupiter découvert autour du jumeau solaire

Jusqu'à présent, les relevés d'exoplanètes ont été plus sensibles aux systèmes planétaires peuplés dans leurs régions intérieures par des planètes massives, jusqu'à quelques fois la masse de la Terre [1]. Cela contraste avec notre système solaire, où il y a de petites planètes rocheuses dans les régions intérieures et des géantes gazeuses comme Jupiter plus loin.

According to the most recent theories, the arrangement of our Solar System, so conducive to life, was made possible by the presence of Jupiter and the gravitational influence this gas giant exerted on the Solar System during its formative years. It would seem, therefore, that finding a Jupiter twin is an important milestone on the road to finding a planetary system that mirrors our own.

A Brazilian-led team has been targeting Sun-like stars in a bid to find planetary systems similar to our Solar System. The team has now uncovered a planet with a very similar mass to Jupiter [2], orbiting a Sun-like star, HIP 11915, at almost exactly the same distance as Jupiter. The new discovery was made using HARPS, one of the world's most precise planet-hunting instruments, mounted on the ESO 3.6-metre telescope at the La Silla Observatory in Chile.

Although many planets similar to Jupiter have been found [3] at a variety of distances from Sun-like stars, this newly discovered planet, in terms of both mass and distance from its host star, and in terms of the similarity between the host star and our Sun, is the most accurate analogue yet found for the Sun and Jupiter.

The planet's host, the solar twin HIP 11915, is not only similar inmass to the Sun, but is also about the same age. To further strengthen the similarities, the composition of the star is similar to the Sun's. The chemical signature of our Sun may be partly marked by the presence of rocky planets in the Solar System, hinting at the possibility of rocky planets also around HIP 11915.

According to Jorge Melendez, of the Universidade de São Paulo, Brazil, the leader of the team and co-author of the paper, "the quest for an Earth 2.0, and for a complete Solar System 2.0, is one of the most exciting endeavors in astronomy. We are thrilled to be part of this cutting-edge research, made possible by the observational facilities provided by ESO." [4]

Megan Bedell, from the University of Chicago and lead author of the paper, concludes: "After two decades of hunting for exoplanets, we are finally beginning to see long-period gas giant planets similar to those in our own Solar System thanks to the long-term stability of planet hunting instruments like HARPS. This discovery is, in every respect, an exciting sign that other solar systems may be out there waiting to be discovered."

Follow-up observations are needed to confirm and constrain the finding, but HIP 11915 is one of the most promising candidates so far to host a planetary system similar to our own.

[1] The current detection techniques are more sensitive to large or massive planets close to their host stars. Small and low-mass planets are mostly beyond our current capabilities. Giant planets that orbit far from their host star are also more difficult to detect. Consequently, many of the exoplanets we currently know are large and/or massive, and close to their stars.

[2] The planet was discovered by measuring the slight wobble it imposes on its host star while orbiting around it. As the inclination of the planet's orbit is not known, only a lower limit to its mass can be estimated. Note that the activity of the star, which is linked to the variations of its magnetic field, could possibly mimic the signal that is interpreted as the signature of the planet. The astronomers have performed all the known tests to investigate this possibility, but it is currently impossible to completely rule it out.

[3] An example of another Jupiter Twin is the one around HD 154345, described here: http://iopscience. iop. org/ 1538-4357/ 683/ 1/ L63/ pdf/ 587461. pdf .

[4] Since the signature of the Brazilian accession agreement in December 2010, Brazilian astronomer have had full access to the ESO observing facilities.

This research was presented in a paper entitled "The Solar Twin Planet Search II. A Jupiter twin around a solar twin", by M. Bedell et al., to appear in the journal Astronomie et astrophysique.

The team is composed of M. Bedell (Department of Astronomy and Astrophysics, University of Chicago, Chicago, Illinois, USA Visiting Researcher at the Departamento de Astronomia do IAG/USP, Universidade de São Paulo, São Paulo, Brazil), J. Meléndez (Universidade de São Paulo, São Paulo, Brazil), J. L. Bean (Department of Astronomy and Astrophysics, University of Chicago), I. Ramírez (McDonald Observatory and Department of Astronomy, University of Texas, Austin, Texas, USA), M. Asplund (Research School of Astronomy and Astrophysics, The Australian National University, Weston, Australia), A. Alves-Brito (Instituto de Fisica, Universidade Federal do Rio Grande do Sul, Porto Alegre, Rio Grande do Sul, Brazil), L. Casagrande (Research School of Astronomy and Astrophysics, Australia), S. Dreizler (Institut für Astrophysik, University of Göttingen, Germany), T. Monroe (Universidade de São Paulo, Brazil), L. Spina (Universidade de São Paulo, Brazil) and M. Tucci Maia (Universidade de São Paulo, Brazil).

ESO is the foremost intergovernmental astronomy organisation in Europe and the world's most productive ground-based astronomical observatory by far. It is supported by 16 countries: Austria, Belgium, Brazil, the Czech Republic, Denmark, France, Finland, Germany, Italy, the Netherlands, Poland, Portugal, Spain, Sweden, Switzerland and the United Kingdom, along with the host state of Chile. ESO carries out an ambitious programme focused on the design, construction and operation of powerful ground-based observing facilities enabling astronomers to make important scientific discoveries. ESO also plays a leading role in promoting and organising cooperation in astronomical research. ESO operates three unique world-class observing sites in Chile: La Silla, Paranal and Chajnantor. At Paranal, ESO operates the Very Large Telescope, the world's most advanced visible-light astronomical observatory and two survey telescopes. VISTA works in the infrared and is the world's largest survey telescope and the VLT Survey Telescope is the largest telescope designed to exclusively survey the skies in visible light. ESO is a major partner in ALMA, the largest astronomical project in existence. And on Cerro Armazones, close to Paranal, ESO is building the 39-metre European Extremely Large Telescope, the E-ELT, which will become "the world's biggest eye on the sky".

Megan Bedell
University of ChicagoUSA
Tel: +1 518 488 9348
Email: [email protected]

Jorge Meléndez
Universidade de São PauloBrazil
Tel: +55 11 3091 2840
Email: [email protected]

Richard Hook
ESO Public Information Officer
Garching bei München, Germany
Tel: +49 89 3200 6655
Cell: +49 151 1537 3591
Email: [email protected]

Avertissement: AAAS et EurekAlert ! ne sont pas responsables de l'exactitude des communiqués de presse publiés sur EurekAlert! par les institutions contributrices ou pour l'utilisation de toute information via le système EurekAlert.


Contenu

Defining the three categories by their similarity to the Sun reflects the evolution of astronomical observational techniques. Originally, solar-type was the closest that similarity to the Sun could be defined. Later, more precise measurement techniques and improved observatories allowed for greater precision of key details like temperature, enabling the creation of a solar analog category for stars that were particularly similar to the Sun. Later still, continued improvements in precision allowed for the creation of a solar-twin category for near-perfect matches.

Similarity to the Sun allows for checking derived quantities—such as temperature, which is derived from the color index—against the Sun, the only star whose temperature is confidently known. For stars that are not similar to the Sun, this cross-checking cannot be done. [1]

Solar-type

These stars are broadly similar to the Sun. They are main-sequence stars with a B−V color between 0.48 and 0.80, the Sun having a B−V color of 0.65. Alternatively, a definition based on spectral type can be used, such as F8V through K2V, which would correspond to B−V color of 0.50 to 1.00. [1] This definition fits approximately 10% of stars, [3] so a list of solar-type stars would be quite extensive. [4]

Solar-type stars show highly correlated behavior between their rotation rates and their chromospheric activity (e.g. Calcium H & K line emission) and coronal activity (e.g. X-ray emission) [5] Because solar-type stars spin down during their main-sequence lifetimes due to magnetic braking, these correlations allow rough ages to be derived. Mamajek & Hillenbrand (2008) [6] have estimated the ages for the 108 solar-type (F8V–K2V) main-sequence stars within 52 light-years (16 parsecs) of the Sun based on their chromospheric activity (as measured via Ca, H, and K emission lines).

The following table shows a sample of solar-type stars within 50 light years that nearly satisfy the criteria for solar analogs (B−V color between 0.48 and 0.80), based on current measurements (the Sun is listed for comparison):

Solar analog

These stars are photometrically similar to the Sun, having the following qualities: [1]

  • Temperature within 500 K from that of the Sun (5278 to 6278 K)
  • Metallicity of 50�% (± 0.3 dex) of that of the Sun, meaning the star's protoplanetary disk would have had similar amounts of dust from which planets could form
  • No close companion (orbital period of ten days or less), because such a companion stimulates stellar activity

Solar analogs not meeting the stricter solar twin criteria include, within 50 light years and in order of increasing distance (The Sun is listed for comparison.):

Identifier J2000 coordinates [7] Distance [7]
(ly)
Stellaire
class [7]
Temperature
(K)
Metallicity
(dex)
Age
(Gyr)
Remarques
Right ascension Déclinaison
Soleil 0.0000158G2V5,778+0.004.6 [8]
Sigma Draconis   [27] 19 h 32 m 21.6 s +69 °   39 ′   40 ″ 18.8G9–K0 V5,297𕒴.204.7 [28]
Beta Canum Venaticorum   [29] 12 h 33 m 44.5 s +41 °   21 ′   27 ″ 27.4G0V5,930𕒴.306.0 [17]
61 Virginis   [30] 13 h 18 m 24.3 s 󔼚 °   18 ′   40 ″ 27.8G5V5,558𕒴.026.3 [19]
Zeta Tucanae   [31] 00 h 20 m 04.3 s 󈞬 °   52 ′   29 ″ 28.0F9.5V5,956𕒴.142.5 [15]
Beta Comae Berenices   [32] 13 h 11 m 52.4 s +27 °   52 ′   41 ″ 29.8G0V5,970𕒴.062.0 [17]
61 Ursae Majoris   [33] 11 h 41 m 03.0 s +34 °   12 ′   06 ″ 31.1G8V5,483𕒴.121.0 [17]
HR 511   [34] 01 h 47 m 44.8 s +63 °   51 ′   09 ″ 32.8K0V5,333+0.053.0 [17]
Alpha Mensae   [35] 06 h 10 m 14.5 s 󈞶 °   45 ′   11 ″ 33.1G5V5,594+0.105.4 [15]
HD 69830   [36] 08 h 18 m 23.9 s 󔼔 °   37 ′   56 ″ 40.6K0V5,410𕒴.0310.6 [15]
HD 10307   [37] 01 h 41 m 47.1 s +42 °   36 ′   48 ″ 41.2G1.5V5,848𕒴.057.0 [17]
HD 147513   [38] 16 h 24 m 01.3 s 󔼯 °   11 ′   35 ″ 42.0G1V5,858+0.030.4 [19]
58 Eridani   [39] 04 h 47 m 36.3 s 󔼘 °   56 ′   04 ″ 43.3G3V5,868+0.020.6 [15]
47 Ursae Majoris   [40] 10 h 59 m 28.0 s +40 °   25 ′   49 ″ 45.9G1V5,954+0.066.0 [15]
Psi Serpentis   [41] 15 h 44 m 01.8 s +02 °   30 ′   54.6 ″ 47.8G5V5,6830.043.2 [42]
HD 84117   [43] 09 h 42 m 14.4 s 󈞃 °   54 ′   56 ″ 48.5F8V6,167𕒴.033.1 [15]
HD 4391   [44] 00 h 45 m 45.6 s 󈞛 °   33 ′   07 ″ 48.6G3V5,878𕒴.031.2 [15]
20 Leonis Minoris   [45] 10 h 01 m 00.7 s +31 °   55 ′   25 ″ 49.1G3V5,741+0.206.5 [17]
Nu Phoenicis   [46] 01 h 15 m 11.1 s 󈞙 °   31 ′   54 ″ 49.3F8V6,140+0.185.7 [15]
51 Pegasi   [47] 22 h 57 m 28.0 s +20 °   46 ′   08 ″ 50.9G2.5IVa5,804+0.207.0 [15]

Solar twin

To date no solar twin that exactly matches the Sun has been found. However, there are some stars that come very close to being identical to that of the Sun, and are such considered solar twins by members of the astronomical community. An exact solar twin would be a G2V star with a 5,778K surface temperature, be 4.6 billion years old, with the correct metallicity and a 0.1% solar luminosity variation. [48] Stars with an age of 4.6 billion years are at the most stable state. Proper metallicity and size are also very important to low luminosity variation. [49] [50] [51]

Morgan-Keenan spectral classification of stars. Most common star type in the universe are M-dwarfs, 76%. The sun is a 4.6 billion year-old G-class (G2V) star and is more massive than 95% of all stars. Only 7.6% are G-class stars

The stars below are more similar to the Sun and having the following qualities: [1]

  • Temperature within 50 K from that of the Sun (5728 to 5828 K) [lower-alpha 1](within 10 K of sun (5768� K)).
  • Metallicity of 89�% (± 0.05 dex) of that of the Sun, meaning the star's proplyd would have had almost exactly the same amount of dust for planetary formation
  • No stellar companion, because the Sun itself is a solitary star
  • An age within 1 billion years from that of the Sun (3.6 to 5.6 Ga)

The following are the known stars that come closest to satisfying the criteria for a solar twin. The Sun is listed for comparison. Highlighted boxes are out of range for a solar twin. The star may have been noted as solar twin in the past, but are more of a solar analog.

Some other stars are sometimes mentioned as solar-twin candidates such as: Beta Canum Venaticorum however it has too low metallicities (𕒴.21) for solar twin. 16 Cygni B is sometimes noted as twin, but is part of a triple star system and is very old for a solar twin at 6.8 Ga. Two solar sibling candidates (similar age, metallicity, and kinematics) are Gaïa DR2 1927143514955658880 and 1966383465746413568. [79]


Happy (or is it Merry?) Aphelion This Friday

This 4 th of July weekend brings us one more reason to celebrate. On July 5 th at approximately 11:00 AM EDT/15:00 UT, our fair planet Earth reaches aphelion, or its farthest point from the Sun at 1.0167 Astronomical Units (A.U.s) or 152,096,000 kilometres distant.

Though it may not seem it to northern hemisphere residents sizzling in the summer heat, we’re currently 3.3% farther from the Sun than our 147,098,290 kilometre (0.9833 A.U.) approach made in early January.

We thought it would be a fun project to capture this change. A common cry heard from denier circles as to scientific facts is “yeah, but have you ever SEEN it?” and in the case of the variation in distance between the Sun and the Earth from aphelion to perihelion, we can report that we have!

We typically observe the Sun in white light and hydrogen alpha using a standard rig and a Coronado Personal Solar Telescope on every clear day. We have two filtered rigs for white light- a glass Orion filter for our 8-inch Schmidt-Cassegrain, and a homemade Baader solar filter for our DSLR. We prefer the DSLR rig for ease of deployment. We’ve described in a previous post how to make a safe and effective solar observing rig using Baader solar film.

Our primary solar imaging rig. A Nikon D60 DSLR with a 400mm lens + a 2x teleconverter and Baader solar filter. Very easy to employ!

We’ve been imaging the Sun daily for a few years as part of our effort to make a home-brewed “solar rotation and activity movie” of the entire solar cycle. We recently realized that we’ve imaged Sol very near aphelion and perihelion on previous years with this same fixed rig, and decided to check and see if we caught the apparent size variation of our nearest star. And sure enough, comparing the sizes of the two disks revealed a tiny but consistent variation.

It’s a common misconception that the seasons are due to our distance from the Sun. The insolation due to the 23.4° tilt of the rotational axis of the Earth is the dominant driving factor behind the seasons. (Don’t they still teach this in grade school? You’d be surprised at the things I’ve heard!) In the current epoch, a January perihelion and a July aphelion results in milder climatic summers in the northern hemisphere and more severe summers in the southern. The current difference in solar isolation between hemispheres due to eccentricity of Earth’s orbit is 6.8%.

The orbit of the Earth also currently has one of the lowest eccentricities (how far it deviates for circular) of the planets at 0.0167, or 1.67%. Only Neptune (1%) and Venus (0.68%) are “more circular.”

The orbital eccentricity of the Earth also oscillates over a 413,000 year period between 5.8% (about the same as Saturn) down to 0.5%. We’re currently at the low end of the scale, just below the mean value of 2.8%.

Variation in eccentricity is also coupled with other factors, such as the change in axial obliquity the precession of the line of apsides and the equinoxes to result in what are known as Milankovitch cycles. These variations in extremes play a role in the riddle of climate over hundreds of thousands of years. Climate change deniers like to point out that there are large natural cycles in the records, and they’re right – but in the wrong direction. Note that looking solely at variations in the climate due to Milankovitch cycles, we should be in a cooling trend right now. Against this backdrop, the signal of anthropogenic climate forcing and global dimming of albedo (which also masks warming via cloud cover and reflectivity) becomes even more ominous.

Aphelion can presently fall between July 2 nd at 20:00 UT (as it did last in 1960) and July 7 th at 00:00 UT as it last did on 2007. The seemingly random variation is due to the position of the Earth with respect to the barycenter of the Earth-Moon system near the time of aphelion. The once every four year reset of the leap year (with the exception of the year 2000!) also plays a lesser role.

Perihelion and aphelion vs the solstices and equinoxes, an exaggerated view. (Wikimedia Commons image under a 3.0 Unported Attribution-Share Alike license. Author Gothika/Doudoudou).

I love observing the Sun any time of year, as its face is constantly changing from day-to-day. There’s also no worrying about light pollution in the solar observing world, though we’ve noticed turbulence aloft (in the form of bad seeing) is an issue later in the day, especially in the summertime. The rotational axis of the Sun is also tipped by about 7.25° relative to the ecliptic, and will present its north pole at maximum tilt towards us on September 8th. And yes, it does seem strange to think in terms of “the north pole of the Sun…”

We’re also approaching the solar maximum through the 2013-2014 time frame, another reason to break out those solar scopes. This current Solar Cycle #24 has been off to a sputtering start, with the Sun active one week, and quiet the next. The last 2009 minimum was the quietest in a century, and there’s speculation that Cycle #25 may be missing all together.

And yes, the Moon also varies in its apparent size throughout its orbit as well, as hyped during last month’s perigee or Super Moon. Keep those posts handy- we’ve got one more Super Moon to endure this month on July 22 nd . The New Moon on July 8 th at 7:15UT/3:15 AM EDT will occur just 30 hours after apogee, and will hence be the “smallest New Moon” of 2013, with a lot less fanfare. Observers worldwide also have a shot at catching the slender crescent Moon on the evening of July 9 th . This lunation and the sighting of the crescent Moon also marks the start of the month of Ramadan on the Muslim calendar.

Be sure to observe the aphelion Sun (with proper protection of course!) It would be uber-cool to see a stitched together animation of the Sun “growing & shrinking” from aphelion to perihelion and back. We could also use a hip Internet-ready meme for the perihelion & aphelion Sun- perhaps a “MiniSol?” A recent pun from Dr Marco Langbroek laid claim to the moniker of “#SuperSun” in time for next January’s perihelion

Could a new trend be afoot?


Jupiter twin discovered around solar twin

An international group of astronomers has used the ESO 3.6-metre telescope to identify a planet just like Jupiter orbiting at the same distance from a Sun-like star, HIP 11915. According to current theories, the formation of Jupiter-mass planets plays an important role in shaping the architecture of planetary systems. The existence of a Jupiter-mass planet in a Jupiter-like orbit around a Sun-like star opens the possibility that the system of planets around this star may be similar to our own Solar System. HIP 11915 is about the same age as the Sun and, furthermore, its Sun-like composition suggests that there may also be rocky planets orbiting closer to the star. ESO/M. Kornmesser

So far, exoplanet surveys have been most sensitive to planetary systems that are populated in their inner regions by massive planets, down to a few times the mass of the Earth. This contrasts with our Solar System, where there are small rocky planets in the inner regions and gas giants like Jupiter farther out.

According to the most recent theories, the arrangement of our Solar System, so conducive to life, was made possible by the presence of Jupiter and the gravitational influence this gas giant exerted on the Solar System during its formative years. It would seem, therefore, that finding a Jupiter twin is an important milestone on the road to finding a planetary system that mirrors our own.

A Brazilian-led team has been targeting Sun-like stars in a bid to find planetary systems similar to our Solar System. The team has now uncovered a planet with a very similar mass to Jupiter, orbiting a Sun-like star, HIP 11915, at almost exactly the same distance as Jupiter. The new discovery was made using HARPS, one of the world’s most precise planet-hunting instruments, mounted on the ESO 3.6-metre telescope at the La Silla Observatory in Chile.

Although many planets similar to Jupiter have been found at a variety of distances from Sun-like stars, this newly discovered planet, in terms of both mass and distance from its host star, and in terms of the similarity between the host star and our Sun, is the most accurate analogue yet found for the Sun and Jupiter.

The planet’s host, the solar twin HIP 11915, is not only similar inmass to the Sun, but is also about the same age. To further strengthen the similarities, the composition of the star is similar to the Sun’s. The chemical signature of our Sun may be partly marked by the presence of rocky planets in the Solar System, hinting at the possibility of rocky planets also around HIP 11915.

According to Jorge Melendez, of the Universidade de São Paulo, Brazil, the leader of the team and co-author of the paper, “the quest for an Earth 2.0, and for a complete Solar System 2.0, is one of the most exciting endeavors in astronomy. We are thrilled to be part of this cutting-edge research, made possible by the observational facilities provided by ESO.”

Megan Bedell, from the University of Chicago and lead author of the paper, concludes: “After two decades of hunting for exoplanets, we are finally beginning to see long-period gas giant planets similar to those in our own Solar System thanks to the long-term stability of planet hunting instruments like HARPS. This discovery is, in every respect, an exciting sign that other solar systems may be out there waiting to be discovered.”

Follow-up observations are needed to confirm and constrain the finding, but HIP 11915 is one of the most promising candidates so far to host a planetary system similar to our own.



Commentaires:

  1. Bobbie

    Je considère que vous commettez une erreur. Je suggère d'en discuter. Écrivez-moi dans PM, nous communiquerons.

  2. Delancy

    Très confortablement! conseiller

  3. Kirwyn

    Je pense que vous faites une erreur. Je peux le prouver. Envoyez-moi un e-mail en MP.

  4. Boarte

    Pièce très utile

  5. Hisham

    Tout se passe comme de l'huile.



Écrire un message